Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.06.2012 13h17
Les États-Unis continuent de soutenir le plan de paix d'Annan pour la Syrie, dit Hillary Clinton

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déclaré jeudi à Copenhague que les États-Unis continuaient de soutenir le plan de paix pour la Syrie de l'envoyé commun de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, rejetant toute discussion sur une solution militaire au conflit dans ce pays.

"Actuellement, nous sommes concentrés sur le soutien à Kofi Annan, pour tendre la main aux parties à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie et rassembler ceux qui sont le plus directement affectés, en particulier dans la région", a déclaré Mme Clinton lors d'une conférence de presse commune avec le ministre danois des Affaires étrangères Villy Soevndal à l'issue de leur réunion.

Mme Clinton a tenu ces propos lors de sa première visite au Danemark en tant que secrétaire d'État, au cours de laquelle elle a discuté d'initiatives de coopération de sécurité et de croissance écologique avec le gouvernement danois.

Exprimant son "horreur" face aux massacres qui ont coûté la vie à 108 personnes à Houla en Syrie, Hillary Clinton a déclaré que les auteurs de ces actes en seraient "tenus responsables".

La communauté internationale doit parler d'une seule voix pour augmenter la pression sur le gouvernement syrien "de l'intérieur et de l'extérieur", a-t-elle dit.

Elle a souligné que le président syrien Bachar al-Assad n'avait pas mis en oeuvre le plan de paix négocié par M. Annan, mais elle a reconnu que la présence des observateurs militaires de l'ONU en Syrie avait contribué à réduire la violence dans les zones où des observateurs sont présents.

Mme Clinton n'a exprimé aucune faveur à une éventuelle intervention extérieure en Syrie, quelle qu'elle soit, mais elle a cependant déclaré que si une coalition internationale devrait être formée pour aider la population syrienne, les États-Unis chercheraient à établir un consensus large pour cette coalition.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »