Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.06.2012 08h19
Le régime du président syrien est "disqualifié" par ses actes, selon Hollande

Le président français François Hollande a indiqué vendredi à Paris que le régime du président syrien est "disqualifié" à cause des ses actes.

Lors d'un point de presse à l'issue de sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine à l'Elysée, qui a porté entre autres sur la crise syrienne, M. Hollande déclaré qu'il n'y aura de sortie de la situation en Syrie qu'avec le départ de Bachar el Assad.

"Le régime de Bachar el Assad s'est conduit de manière inacceptable, intolérable. Il a commis des actes qui le disqualifient", a ajouté le président français.

Le président russe Poutine a déclaré pour sa part que les sanctions sont loin d'être toujours efficaces, et a réaffirmé son soutien à la médiation de Kofi Annan, envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la crise syrienne.

Le 29 mai, le président Hollande avait déclaré sur une chaîne de télévision française qu'une intervention armée en Syrie, avec l'aval de l'ONU, n'est pas exclue, alors que la Russie avait annoncé son opposition à toute intervention étrangère dans ce pays.

Sur la coopération bilatérale, les deux chefs d'Etat ont convenus de "réunir rapidement un séminaire intergouvernemental pour renforcer les échanges économiques, commerciaux et les relations culturelles", précédé par "conseil économique et financier, qui aura vocation à donner une nouvelle impulsion aux relations commerciales" entre Paris et Moscou.

"Nous pourrons envisager une visite de ma part en Russie au terme de ces réunions", a déclaré M. Hollande au cours du point de presse.

Avant son arrivée à Paris, M. Poutine avait rencontré à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel. Les deux dirigeants se sont déclarés tous deux favorables à une "solution politique" en Syrie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »