Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.06.2012 08h23
Obama ordonne l'accélération des attaques virtuelles sur l'Iran

Le président américain Barack Obama a ordonné l'intensification des attaques virtuelles contre le programme nucléaire iranien après son investiture, augmentant considérablement la première utilisation durable d'armes virtuelles, a rapporté vendredi le New York Times.

Le programme, lancé par l'administration Bush et dont le nom de code est "Jeux Olympiques", vise les systèmes informatiques qui gèrent les principales centrales d'enrichissement nucléaires iraniennes, a ajouté le journal.

Cependant, une erreur de programmation a permis au virus Stuxnet, développé par les Etats-Unis et Israël, de sortir de la centrale iranienne de Natanz et de faire le tour du monde sur Internet au cours de l'été 2010.

M. Obama a décidé de poursuivre le programme après avoir eu les preuves qu'il continuait de faire des dégâts du côté des Iraniens. Les semaines suivantes, la centrale de Natanz a été touchée par une version plus nouvelle du virus informatique, et un autre encore ensuite.

"Le dernier de cette série d'attaques, quelques semaines après que Stuxnet a été détecté dans le monde entier, a réussi à temporairement mettre hors d'état de fonctionnement 1.000 à 5000 centrifugeuses que l'Iran avait mises en route pour purifier l'uranium", a rapporté le Times.

Le journal base son rapport sur des interviews accordées au cours des 18 derniers mois par d'anciens ou d'actuels officiels américains, européens et israéliens impliqués dans le programme, ainsi que sur des experts extérieurs.

Ces officiels ont rapporté des évaluations différentes sur l'impact du programme de sabotage sur les progrès de l'Iran et le développement de sa capacité à fabriquer des armes nucléaires.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »