Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.06.2012 08h24
Le massacre d'Houla en Syrie commis par 600 à 800 hommes armés (source officielle syrienne)

La Syrie a condamné l'agression commise par un groupe de 600 à 800 hommes armés contre des civils pacifiques, tués à l'arme lourde puis, faute de munitions, à l'arme blanche, a indiqué vendredi à Genève un représentant syrien.

Lors d' une session extraordinaire du Conseil des droits de l' homme de l' ONU qui s' est tenue vendredi à Genève suite aux attaques contre un village en Syrie, Fassayal Hamoui, représentant syrien auprès de l' ONU à Genève, a dit que les autorités syriennes ont créé une commission d'enquête chargée de déterminer les circonstances de ce massacre et d'en punir les auteurs. Elles ont collaboré à cette occasion avec les observateurs internationaux présents en Syrie.

Le but probable des assaillants est de fomenter des troubles dans une région jusqu'ici calme. Le représentant syrien a assuré qu'aucune trace d'obus n'a été trouvée sur les corps de victimes, contrairement aux assertions de la Haut-Commissaire.

La Syrie regrette par ailleurs qu'un certain nombre d'Etats honnêtes et objectifs s'associent aux résolutions partiales votées par le Conseil des droits de l'homme. Elle regrette aussi que certains des Etats à l'origine de cette session extraordinaire n'hésitent pas à livrer des armes à l'opposition armée, en particulier les États-Unis, afin d'encourager la guerre civile en Syrie au profit de la réalisation des ambitions d'Israël, a souligné M. Hamoui.

La Syrie relève, enfin, que d'autres pays à l'initiative de la session extraordinaire ont, eux-mêmes, témoigné de leur manque de confiance dans le plan de paix de M. Annan, d' après lui.

Le gouvernement syrien réaffirme qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour protéger sa population et sortir le pays de la crise.

Les récentes attaques contre Houla, groupe de villages situé à 25 kilomètres au nord-ouest de Homs, ont fait environ 108 morts, dont au moins 49 enfants âgés de moins de dix ans et 32 femmes.

Le gouvernement syrien et l'opposition s'accusent mutuellement d'être les auteurs de cette boucherie.

Il s'agit de la quatrième session du Conseil des droits de l'homme consacrée à la situation des droits de l'homme en Syrie, les précédentes s'étant tenues le 29 avril, le 22 août et le 2 décembre 2011.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »