Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.06.2012 08h23
L'AIEA appelle l'Iran à signer prochainement un accord sur son dossier nucléaire

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a appelé lundi l'Iran à signer le plus vite possible un accord-cadre pour éclaircir les questions en suspens quant à son programme nucléaire controversé.

L'AIEA a également exhorté Téhéran à autoriser les inspecteurs internationaux à visiter un site militaire où des travaux de recherche nucléaire sont menées selon des informations.

Selon le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano, une nouvelle réunion entre l'Iran et son organisation concernant le programme nucléaire controversé de la République islamique a été prévue le 8 juin à Vienne.

"J'invite l'Iran à signer et mettre en œuvre le document sur une approche structurée dès que possible et à fournir un accès rapide au site de Parchin", a lancé M. Amano dans un discours au conseil des gouverneurs de l'AIEA.

Rappelant ses rencontres avec de hauts responsables à Téhéran le 21 mai, au cours desquelles l'Iran et l'AIEA se sont mis d'accord sur un tel document, il s'est déclaré rassuré que les différends existant entre l'Iran et son organisation ne serait pas une obstacle pour atteindre un accord.

Lors de ces discussions, une question prioritaire consiste à l'accès au site militaire de Parchin, dans le sud-est de l'Iran, par les inspecteurs internationaux.

Selon des informations, l'Iran aurait procédé au test des explosifs qui pourraient être utilisés pour déclencher une charge nucléaire, des informations rejetées par Téhéran, qui a affirmé qu'un accès à Parchin ne serait pas possible avant un accord avec l'AIEA sur certaines conditions et étapes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?