Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.06.2012 08h20
La Syrie accuse les groupes armés d'avoir perpétré le massacre de Hama

La télévision d'Etat syrienne a déclaré jeudi matin que les groupes armés avaient commis un massacre mercredi, tuant neuf personnes, dans un village de la province de Hama, au centre de la Syrie.

Citant une source anonyme, la télévision a rejeté les informations "catégoriquement sans fondement" selon lesquelles les bombardements par les troupes gouvernementales auraient tué plus de 80 personnes dans ce village.

Les troupes gouvernementales sont intervenues et se sont affrontées avec les hommes armés à la demande des résidents locaux, a indiqué la même source.

Les femmes et les enfants étaient parmi les victimes dans le village de Qubair, a rappelé la télévision, ajoutant que la plupart des hommes armés et deux soldats du gouvernement ont été tués dans les affrontements.

La télévision a également affirmé que le massacre avait été conçu pour ternir l'image de l'administration syrienne, à la veille d'une réunion prévue au Conseil de sécurité de l'ONU.

En revanche, le comité de coordination du réseau des militants a déclaré que 129 personnes avaient été tuées mercredi dans plusieurs villes syriennes, ajoutant que 86 d'entre elles avaient été abattus à Hama par les tirs d'artillerie lourde des troupes gouvernementales.

Pour l'instant, il est impossible de vérifier indépendamment les chiffres.

Il s'agit du deuxième massacre perpétré en une semaine en Syrie. La semaine dernière, un carnage avait eu lieu dans le village de Houla, dans la province de Homs, au centre de la Syrie, coûtant la vie à plus de 100 personnes. Le gouvernement et l'opposition se sont jeté la responsabilité du massacre.

Selon l'ONU, les troupes gouvernementales ont été soupçonnées d'être responsables d'une partie de ces meurtres, mais le gouvernement syrien a catégoriquement nié son implication et accusé les groupes armés extrémistes d'avoir agi de connivence avec l'étranger.

Pendant ce temps, de violents affrontements ont repris dans la région montagneuse de Hafeh à la périphérie de la zone côtière de la ville de Lattaquié, dans la nuit de mercredi à jeudi, entre les troupes gouvernementales et les rebelles armés, entraînant la mort de huit hommes de l'armée, selon le le site internet d'information, "Russie d'aujourd'hui".

Hafeh est proche des frontières turques, offrant un accès facile aux rebelles armés pour faire des incursions et contrebandes d'armes.

Les rebelles ont réagi à coups de mitrailleuses lourdes et plusieurs quartiers du village sont tombés sous le contrôle des rebelles, selon la même source.

L'observateur de l'ONU dans la région ne pouvait pas se rendre sur le lieu du trouble à cause de la gravité des affrontements, indique-t-on.

Mercredi après minuit, des coups de feu et des explosions étaient encore entendus dans certains quartiers de la capitale, alors que plusieurs groupes armés ont opté pour des affrontements nocturnes qui permettent des évasions faciles en cas de heurts avec les troupes gouvernementales.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous