Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.06.2012 13h16
L'Iran prêt à négocier l'enrichissement d'uranium à 20%, dit Ahmadinejad

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que son pays était prête à négocier l'enrichissement de l'uranium à 20% avec les puissances mondiales au cours des négociations qui se tiennent en ce moment dans la capitale russe Moscou, a rapporté lundi l'agence de presse officielle IRNA.

Le président iranien s'est exprimé à ce propos dans une interview accordée dimanche à un média étranger.

Si les pays européens fournissent à l'Iran du fuel enrichi à hauteur de 20% et "si aujourd'hui ils donnent des garanties pour fournir du fuel enrichi à hauteur de 20% pour les réacteurs iraniens, nous ne verrons aucun problème (à négocier le sujet)", a- t-on pu lire sur le site Internet de la présidence iranienne, citant M. Ahmadinejad.

"Bâtir la confiance est un point réciproque et nous devrions regarder ce que l'autre partie de la table des négociations fait et s'ils prennent une mesure positive, nous sommes prêts à coopérer et espérons adopter des mesures concrètes à Moscou", a déclaré le président cité par IRNA.

L'Iran pense que toutes les parties devraient avoir les mêmes droits et espère que de bonnes mesures seront prises pour construire la confiance mutuelle lors des négociations de Moscou, a poursuivi M. Ahmadinejad.

Le dernier cycle des négociations entre l'Iran et les six plus grandes puissances du monde en plus de l'UE pour résoudre le problème du nucléaire iranien a commencé lundi à Moscou.

Les représentants de l'Iran et des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine) plis l'Allemagne, le G5+1), doivent discuter et trouver une solution au problème du nucléaire iranien.

Avant la réunion, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Weimin, a déclaré jeudi dernier que les négociations "se trouvent à un moment important", appelant toutes les parties concernées à garder en tête la direction générale des négociations sur ce dossier.

Les deux derniers cycles de négociations sur ce sujet ont été organisés en avril à Istanbul (Turquie) et en mai à Bagdad (Irak). A ces occasions, toutes les parties ont qualifié les négociations de positives et ont accepté de poursuivre les pourparlers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent
Le sommet du G20 va être confronté à de lourdes tâches