Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.06.2012 08h11
France : l'ancien président Sarkozy a siégé pour la première fois au Conseil constitutionnel

L'ancien président français Nicolas Sarkozy, qui a perdu l'élection présidentielle d'avril-mai dernier au profit du socialiste François Hollande, a siégé pour la première fois mardi matin au Conseil constitutionnel, rapporte le site du quotidien français Le Figaro.

L'ex-chef d'Etat a participé à l'examen de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC), portant respectivement sur le statut des Français musulmans en Algérie coloniale et sur le droit au mariage des majeurs placés sous curatelle.

"La séance s'est déroulée normalement", a affirmé au Figaro l'avocat qui a plaidé les deux QPC, même si la présence de M. Sarkozy a créé la surprise parmi les personnes présentes.

L'ancien président semble vouloir prendre son rôle de Sage très au sérieux, puisqu'il aurait confié, selon la presse locale, au président du Conseil, Jean-Louis Debré, son intention d'être "très présent" au sein de l'institution.

Les Sages du Conseil constitutionnel étaient tous réunis ce mardi matin, à l'exception des deux autres anciens présidents français à y siéger en tant que tels : Valéry Giscard d'Estaing, qui ne participe jamais aux délibérés des QPC, et Jacques Chirac, qui s'est retiré il y a plus d' un an en raison de son état de santé et de ses ennuis judiciaires.

Outre ces trois "membres de droit", cet organe compte neuf membres : trois nommés par le président de la République en fonction, trois par celui de l'Assemblée nationale et trois par celui du Sénat.

Le Conseil constitutionnel a le double rôle de contrôler la constitutionnalité des lois adoptées en France et de juger la régularité des élections nationales.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent