Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.06.2012 13h13
Inde: le diplomate français accusé d'avoir violé sa fille sera jugé selon la loi indienne

L'Inde a clairement indiqué mercredi que le diplomate français, qui est accusé d'avoir violé sa fille de 3 ans dans l'Etat méridional de Karnataka Bangalore, ne jouissent de l'immunité diplomatique et "sera jugé selon la loi indienne".

Le ministre indien des Affaires étrangères S.M. Krishna a rejeté toute la portée d'une enquête "parallèle" à la suite de rapports des médias que la France faisait son propre sonde sur l'affaire.

"La question de mener une enquête parallèle ne se pose pas. La loi de la terre prévaudra. Il (l'officiel français) n'a pas d'immunité", a-t-il déclaré aux médias dans la capitale nationale.

La déclaration du ministre intervient au lendemain de l'arrestation de Pascal Mazurier, un responsable consulaire français par la police indienne, pour le viol présumé de sa fille âgée de 3 ans, lors que sa femme indienne a déposé une plainte à cet égard, jeudi dernier.

Le diplomate français a été traduit devant le tribunal mardi et placé en détention provisoire judiciaire pendant 14 jours. Il est actuellement détenu dans la prison de Parapanna Agrahara dans la banlieue de Bangalore.

Les chaînes de télévision locales ont rapporté que la police a d'abord hésité à arrêter le diplomate français, mais est finalement passée à l'action après quatre jours de dépôt de la plainte à la suite de protestations des militants de la société civile lundi soir devant le consulat français à Bangalore.

Le consulat français a également publié une déclaration disant que le responsable ne jouit pas de l'immunité diplomatique et il doit coopérer pleinement avec les enquêteurs indiens qui sondent l'affaire.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent