Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.06.2012 11h32
PM italien: le sommet de l'UE est important pour l'avenir de la zone euro

Le sommet de l'UE les 28 et 29 juin décidera de l'avenir de la zone euro, a déclaré le Premier ministre italien Mario Monti vendredi lors d'une interview accordée au journal turinois La Stampa.

"Il y a quelque chose qui ne va pas dans la zone euro si un pays membre, qui fait des efforts importants, paie quand même des taux d'intérêts très élevés", a déclaré M. Monti, qui faisait référence au sacrifice italien, don le déficit public ne représente que 2 % du PIB, alors que celui fixé par l'UE s'élève à 3,6 %.

C'est pourquoi, les décisions qui seront prises pendant le sommet seront très importantes d'un point de vue financier, économique et politique, a-t-il souligné.

Selon lui, si ces mesures ne sont pas prises suffisamment rapidement, il y aura de plus en plus d'attaques spéculatives contre les Etats-membres individuels, notamment contre les économies les plus fragiles.

Le technocrate a également présenté deux stratégies indispensables qui doivent être atteintes au prochain sommet de Bruxelles.

"Premièrement, une perspective à moyen-terme de renforcement de l'intégration...pour aider les marchés à être convaincus que la volonté de faire de l'euro une devise unique indissoluble et irrévocable sera renforcée", a-t-il souligné.

Il a ajouté que l'autre mesure nécessaire est "une série de mesures faisables au sein de traités existants de l'UE et des institutions pour apporter plus de stabilité financière à la zone euro", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre italien a fait savoir qu'il y a "des pays et des peuples dans l'UE qui, pour certaines raisons, sont convaincus de toujours payer pour le reste de l'Europe".

"L'Italie fait partie de ces pays qui insistent sur le fait que les pare-feux devraient être bien équipés et capables d'être utilisés si nécessaire, chose considérée parfois erronément comme le désir de l'Italie d'être financée, alors que nous avons toujours affirmé que ce n'était pas le cas", a-t-il souligné.

M. Monti a ajouté que "l'Italie n'a pour l'instant souscrit à aucun prêt, en a au contraire accordé beaucoup et en subventionne tous les jours des dizaines".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent