Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2012 09h01
France : le socialiste Claude Bartolone élu à la tête de l'Assemblée nationale

Le député socialiste de Seine-Saint- Denis Claude Bartolone, 60 ans, a été élu mardi à la présidence de l'Assemblée nationale, après avoir été désigné comme leur candidat par les membres de son groupe parlementaire.

M. Bartolone a obtenu, en cette rentrée parlementaire, 298 voix contre 185 au président sortant UMP Bernard Accroyer, 55 bulletins blancs et 2 voix pour d'autres candidats, ce qui lui permet d' accéder au "perchoir", siège où se tient le président de la chambre basse du Parlement français.

C'est une victoire sans grande surprise, puisque le Parti socialiste français (PS) auquel appartient le député de Seine- Saint-Denis (banlieue parisienne) dispose, depuis les élections législatives des 10 et 17 juin dernier, de la majorité absolue au sein de l'hémicycle.

Sur 577 députés de l'Assemblée nationale, 540 ont pris part au vote. Cependant, les écologistes avaient annoncé qu'ils voteraient blanc pour protester contre le refus du PS de leur laisser la présidence de la commission du Développement durable de l'Assemblée.

M. Bartolone avait été désigné, la semaine dernière, candidat au "perchoir" dans un scrutin interne au groupe PS, en recueillant 127 des 258 suffrages exprimés, devançant largement les autres aspirants à cette fonction clé du pouvoir législatif.

Cet ancien cadre commercial de l'industrie pharmaceutique, entré au Parti socialiste en 1974, est élu député pour la première fois lors de la vague rose des législatives de 1981, poste auquel il a depuis été réélu sans discontinuer.

En 2008, il est élu président du conseil général de la Seine- Saint-Denis, où ses priorités ont été la mixité sociale, l'aide à la petite enfance, le développement économique, la protection de l'environnement et la lutte contre l'échec scolaire et les discriminations.

A l'issue de son élection au poste de candidat socialiste jeudi, le futur président de l'Assemblée nationale a notamment assuré qu'il serait "un président qui assure à l'opposition" d'être " reconnue et totalement à sa place".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent