Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2012 13h07
Le prochain sommet de l'UE se concentrera sur la stimulation de la croissance et une union plus intégrée (Barroso)

Le prochain sommet de l'Union européenne (UE) se concentrera sur la stimulation de la croissance et la mise en place d'une union plus intégrée économique et monétaire, a indiqué mardi le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

"Je crois que ce Conseil européen (sommet) doit donner une forte impulsion à notre agenda pour la croissance tout en créant un processus à long terme pour construire une véritable et plus forte union économique et monétaire", a déclaré M. Barroso devant des chefs d'entreprise à Bruxelles.

"Il est maintenant clair que le monde attend de l' Europe à s' engager à des solutions crédibles et concrètes pour devenir plus intégré et plus uni", a souligné M. Barroso.

"Nous sommes maintenant dans un moment déterminant pour l' intégration européenne. Nous devons articuler la vision de l' endroit où l' Europe doit aller et un chemin en béton pour savoir comment y arriver", a-t-il ajouté.

M. Barroso a fait savoir qu' il s' attendait à des dirigeants pour se mettre d' accord sur un "paquet global" de mesures de croissance économique au sommet, y compris une augmentation de la capacité de prêt de la Banque européenne d' investissement, de cibler les projets créateurs d' emplois d' infrastructure dans les Etats membres, et une utilisation mieux ciblée des existants de l' UE des fonds d' aide régionaux.

Lors du sommet de l' UE prévu les 28 et 29 juin, les chefs de la Commission européenne, du Conseil européen, de l' Eurogroupe et de la Banque centrale européenne présenteront également un rapport énonçant les moyens de créer une union économique et monétaire plus intégrée.

Les mesures que les dirigeants de l'UE proposent se concentrent sur trois points clés : une union bancaire, une union budgétaire et une éventuelle union politique.

"Un cercle vicieux s' est installé, dans lequel l' utilisation des fonds des contribuables pour renflouer les banques rend souverains faibles, tandis que les de plus en plus averses au risque des banques cessent de prêter aux entreprises qui ont besoin de fonds, ce qui rend l' économie - et le secteur bancaire avec elle - ralentir, ce qui affaiblit encore plus le souverain", a signalé M. Barroso.

"Nous pouvons briser ce cycle négatif maintenant, si nous sommes assez audacieux pour mettre en place un cadre solide et financier intégré", a-t-il assuré.

Parallèlement, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a dévoilé mardi une feuille de route pour aller vers une véritable union économique et monétaire, qui permettrait de dessiner lors du prochain sommet les contours d' une union bancaire à 27 qui reposerait sur une supervision renforcée, une mise en commun de la garantie des dépôts et un mécanisme commun de résolution des crises.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent