Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.06.2012 08h18
La Corée du Sud et le Japon sur le point de signer un accord sur l'échange d'informations militaires (Yonhap)

La Corée du Sud et le Japon sont sur le point de signer ce qui sera leur premier accord militaire depuis l'occupation coloniale de la péninsule coréenne par le Japon, a rapporté mercredi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Les ministères des Affaires étrangères des deux pays signeront un accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) ce jeudi, a fait savoir Yonhap, citant une source gouvernementale anonyme.

Cet accord permettra aux deux parties d'échanger des informations militaires sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et ses programmes nucléaires et de missiles, ce qui, aux dires des promoteurs de ce pacte, renforcera significativement les capacités des deux parties en matière de renseignement.

Le gouvernement sud-coréen a donné son feu vert en début de semaine, ce qui a constitué la dernière étape des procédures nationales nécessaires pour la ratification de l'accord par la partie sud-coréenne, a fait remarquer Yonhap.

Les parlementaires de l'opposition et les défenseurs des droits civiques ont fait part de leurs inquiétudes. Selon eux, la signature d'un tel accord militaire avec l'ancienne puissance coloniale de la Corée du Sud pourrait susciter des sentiments anti-japonais et entraîner des tensions au niveau régional.

Il demeure entre Séoul et Tokyo des différends liés à l'histoire. Notamment, des litiges territoriaux persistent concernant un groupe d'îlots, et la question des "femmes de réconfort" coréennes qui ont été forcées à se prostituer par l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale sont toujours source de contentieux entre les deux pays.

La période coloniale du Japon sur la péninsule coréenne a duré 35 ans et a pris fin en 1945.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent