Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.07.2012 08h28
Affaire Bettencourt : aucune saisie au domicile et dans les bureaux de Nicolas Sarkozy

Les perquisitions menées mardi au domicile et dans les bureaux de Nicolas Sarkozy n'ont donné lieu à aucune saisie, rapporte mercredi la presse française.

Le juge d'instruction bordelais Jean-Michel Gentil et les dix policiers de la brigade financière mobilisés n'ont saisi aucune pièce lors des perquisitions menées mardi dans les nouveaux bureaux de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, son ancien cabinet d'avocats ainsi que son domicile, rapporte mercredi le quotidien Le Figaro.

Mercredi, le responsable de l'ancien cabinet d'avocats de Nicolas Sarkozy, Me Arnaud Claude, a affirmé que la perquisition dans les locaux du cabinet "était une simple visite qui a duré une dizaine de minutes et qui s'est déroulée en présence du délégué du bâtonnier", rapporte de son côté le quotidien Le Monde.

Pour sa part, l'avocat de l'ancien président Me Thierry Herzog a estimé que ces perquisitions "se révéleront être ce qu'on peut en attendre, des actes inutiles", toujours selon Le Monde.

Ces perquisitions, menées dans le cadre de l'un des volets de l'affaire Bettencourt sur le financement occulte supposé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007, se sont déroulées en l'absence de l' ancien chef de l' Etat, parti en famille lundi au Canada pour une dizaine de jours.

Une ancienne comptable de la famille Bettencourt avait dévoilé en 2010 qu'une somme de 150 000 euros avait été offerte pour financer la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire