Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.07.2012 09h52
La Russie, la Chine et Cuba contre la résolution du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU sur la Syrie

La Russie, la Chine et Cuba ont voté vendredi contre une résolution du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies qui condamne unilatéralement le gouvernement syrien.

La résolution, initiée par les Etats-Unis, condamne "les violations généralisées, systématiques et flagrantes des droits de l'Homme, les actes de violence, les atrocités en cours". La résolution condamne également "les violations des droits de l'Homme et les crimes commis par les miliciens pro-régime chabiha contre le peuple syrien".

Réaffirmant que "toute violence sous toutes ses formes par toutes les parties doit cesser", la résolution ne mentionne aucun acte de violations des droits de l'Homme commis par l'opposition et des terroristes.

La Russie a souhaité que la résolution "condamne fermement tous les actes de terrorisme en Syrie", mais cette proposition a été rejetée par le Conseil des droits de l'Homme, selon les médias.

Pour sa part, la Chine a déclaré que la résolution n'était ni équilibrée ni objective.

Au lieu d'aider à résoudre les problèmes de droits de l'Homme en Syrie, la résolution risque d'intensifier la confrontation entre les parties en Syrie, ce qui rend plus compliqué le processus politique dans le pays, a indiqué la Chine.

En outre, l'Inde, les Philippines et l'Ouganda se sont abstenus.

La 20e session ordinaire du Conseil des droits de l'Homme a eu lieu du 18 juin au 6 juillet et la 21e session se tiendra du 10 au 28 septembre, au cours de laquelle la Commission internationale indépendante d'enquête sur la Syrie, mandaté par le conseil, devrait remettre son rapport final.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire