Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.07.2012 09h44
La Syrie appelle à un véritable engagement international pour mettre fin à la crise

L'administration syrienne a souligné lundi l'engagement international au plan de paix de l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, disant que la perspective du plan dépend en grande partie de l'arrêt de l'appui international à l'opposition armée.

L'agence de presse officielle syrienne SANA a déclaré que le succès du plan Annan repose en grande partie sur l'arrêt du soutien financier et d'armes pour les groupes armés en Syrie ainsi que d'un véritable engagement et le désir de la communauté internationale pour mettre fin à la crise syrienne.

SANA a déclaré que le président syrien Bachar Al-Assad a discuté avec M. Annan de la situation actuelle en Syrie et des mécanismes qui pourraient être adoptés par le gouvernement syrien, en coopération avec la mission de supervision de l'ONU pour mettre fin aux violences dans le pays.

De son côté, M. Annan a dit qu'il a conclu une approche avec M. Assad lundi pour mettre fin à la violence, ajoutant que l'approche sera également présentée à l'opposition armée.

M. Annan, qui est arrivé en Syrie dimanche après-midi, a qualifié ses discussions avec le leader syrien de « constructives ».

Cependant, M. Annan n'a pas précisé les détails de la nouvelle approche. Mais il a souligné l'importance de poursuivre le dialogue politique.

Il a appelé tous les pays influents à aider la mise en application de la nouvelle approche pour mettre fin à la violence en Syrie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire