Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.07.2012 10h13
L'Iran devrait faire partie de la solution à la crise syrienne (Annan)

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, a déclaré mardi à Téhéran que l'Iran devrait faire partie de la solution à la crise syrienne.

Dans une déclaration faite à l'issue de sa rencontre avec le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, M. Annan a dit que l'Iran pourrait jouer un rôle positif dans la recherche d'une solution à la crise syrienne et devrait faire partie de cette solution.

Il a appelé le gouvernement syrien et tous les groupes politiques à engager des négociations et toutes les parties en Syrie à mettre fin à la violence.

M. Salehi a appelé de son côté les pays concernés à faire preuve de patience dans la crise syrienne et a mis en garde contre une "mauvaise décision" qui pourrait aggraver la situation.

Il a dit que le peuple syrien a le droit de jouir des droits fondamentaux, dont les élections libres, le multiparitisme, la liberté et la démocratie.

M. Annan est arrivé lundi à Téhéran pour s'entretenir avec les responsables iraniens de la crise en Syrie, au terme d'une visite à Damas, au cours de laquelle il a trouvé une approche avec le président syrien Bachar Al-Assad pour mettre fin à la violence.

L'Iran, un allié proche de la Syrie, est opposé à toute forme d'intervention étrangère en Syrie, demandant au gouvernement syrien de satisfaire les revendications des Syriens et de procéder à des réformes.

Certains pays occidentaux accusent l'Iran de fournir d'armes à Damas pour l'aider à réprimer l'opposition, une accusation rejetée par Téhéran.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire