Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.07.2012 10h30
Syrie : les autorités vont libérer 275 détenus

Les autorités syriennes vont libérer 275 détenus arrêtés pour implication dans le mouvement opposé au gouvernement, dans un geste de bonne volonté pour mettre fin à la crise actuelle, alors que l'opposition a rejeté mardi tout dialogue avec les dirigeants syriens.

L'agence de presse étatique SANA a déclaré que les détenus figurant dans une liste de personnes à libérer, publiée mardi, n'ont pas été impliqués dans des meurtres, et d'ajouter que cette publication est la septième depuis le début des troubles.

La publication de cette liste survient au lendemain de la visite de l'envoyé international Kofi Annan, qui a appelé à la cessation de la violence et à la mise en oeuvre de son plan de paix en six points.

Dans le cadre de ses efforts pour contribuer à une solution aux violences actuelles en Syrie, M. Annan, qui est envoyé commun de l'ONU et de la Ligue arabe, continue de faire la navette entre les pays voisins de la Syrie afin de rassembler un élan et un soutien en faveur des efforts de paix vacillants.

M. Annan s'est rendu en visite en Syrie lundi et y a rencontré le président syrien Bachar al-Assad, pour un entretien au cours duquel les deux parties ont convenu d'une "approche" pour mettre fin aux violences. Toutefois, les détails de cette nouvelle approche n'ont pas encore été publiés dans l'immédiat.

Suite à cette rencontre entre MM. Annan et Assad, l' administration syrienne a souligné son engagement au plan de paix de M. Annan, ont rapporté les médias officiels, indiquant que les perspectives d'avenir de ce plan dépendaient largement d'un arrêt du soutien international à l'opposition armée.

Après avoir achevé sa brève visite en Syrie, M. Annan s'est rendu en Iran lundi après-midi puis en Irak mardi.

M. Annan a déclaré récemment que l'Iran avait un rôle à jouer dans les efforts déployés pour résoudre la crise syrienne. Toutefois, les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont rejeté une implication de l'Iran dans les discussions sur la Syrie.

La nouvelle approche de M. Annan est destinée à mettre fin aux affrontements afin d'ouvrir la voie à un dialogue national qui serait un prélude à un processus politique dans ce pays en proie aux troubles.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire