Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.07.2012 10h32
L'opposition syrienne rejette toute discussion avec Assad (responsable du CNS)

Un responsable du Conseil national syrien (CNS) a déclaré mardi à Moscou que l'opposition exclut toute forme de dialogue avec le président Bachar al-Assad.

"Il ne peut y avoir aucun dialogue avec le régime en place sur la façon à passer à un nouveau système politique", a déclaré Basma Kodamani, un membre du conseil d'administration du CNS, principale coalition de l'opposition syrienne à l'étranger, lors d'une conférence de presse à Moscou.

Selon Mme Kodmani, le renversement du régime Assad est la mission principale de l'opposition syrienne.

"Ce qui unit l'opposition syrienne est l'accord pour renverser le régime en place et créer un nouveau système politique dans le pays", a-t-elle affirmé.

Mme Kodmani a appelé la Russie à aider l'opposition à "tourner la page de l'ancien régime et à mettre en place un nouvel ordre démocratique.

Elle rejette par ailleurs la participation de l'Iran dans les conférences internationales sur la Syrie, parce que Téhéran fournit de l'aide financière et militaire à Damas.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov a déclaré mardi que la délégation du CNS est venue à Moscou pour discuter de la mise en oeuvre du plan de paix de Kofi Annan et de l'accord de Genève.

Le groupe d'action sur la Syrie, qui s'était réuni à Genève le 30 juin, s'était mis d'accord sur les principes d'une transition en Syrie.

M. Bogdanov a dit que Moscou voudrait accueillir une autre réunion du groupe d'action sur la Syrie, tout en soulignant qu'aucune puissance étrangère n'a le droit de décider du sort du président Assad.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire