Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.07.2012 13h16
Poutine met en garde contre une guerre civile prolongée en Syrie

Le président russe Vladimir Poutine a exhorté lundi les parties en conflit en Syrie à entamer les négociations et à chercher un compromis afin d'éviter une guerre civile prolongée.

« L'actuelle direction syrienne et l'opposition armée doivent trouver la force et organiser un processus de négociation de telle sorte qu'un compromis mutuellement acceptable pour l'avenir du pays pourrait être trouvé », a déclaré M. Poutine aux journalistes après sa rencontre avec le Premier ministre italien Mario Monti.

M. Poutine a noté que l'avenir de la Syrie devrait être déterminé sur la base de négociations et compromis.

« Nous croyons que l'avenir du pays ne devrait pas être décidée par la victoire ou la défaite d'un côté, mais à travers des négociations basées sur des entretiens et des compromis. Le gouvernement et l'opposition armée doivent cesser la violence et entamer des négociations afin de décider la façon dont le pays va évoluer à l'avenir », a déclaré M. Poutine.

Le processus de transfert de pouvoir en Syrie avec des moyens non constitutionnels conduirait à une guerre intérieure, a averti le président Poutine, ajoutant que la Russie ne voulait pas que la Syrie devienne un autre Afghanistan, où une guerre civile fait rage depuis des années.

Entre temps, Vladimir Poutine a salué la décision de l'ONU de prolonger sa mission d'observation en Syrie.

« C'est une preuve que, malgré certains désaccords dans la définition de ce qui est premier, ce qui est secondaire, l'ONU elle-même se permet de trouver un compromis et un accord entre toutes les parties participantes pour le bien commun », a déclaré M. Poutine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 23 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?