Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.07.2012 13h11
Le Premier ministre Russe évoque un plan de privatisation de terre

Le gouvernement russe envisagerait un programme de privatisation de terrains car un grand nombre de terrains se détériorent faute d'utilisation, a indiqué mardi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

« Je pense que nous devons être préparés à une privatisation de parcelles de terres », a déclaré M. Medvedev lors d'une rencontre avec des dirigeants des milieux d'affaires.

« Nous disons depuis de nombreuses années que la terre est notre valeur suprême et que nous ne pouvons la vendre car elle est la richesse des générations futures. Mais quel résultat obtenons- nous ? » s'est interrogé M. Medvedev.

Le Premier ministre a fait valoir que les terres sans propriétaires s'étaient dégradées, notant que les développeurs immobiliers manquaient de terrains pour la construction de maisons et d'infrastructures sociales, tandis que de vastes terrains restent inoccupés.

« Par conséquent, nous devons prendre une décision ( concernant la privatisation des terres », a déclaré M. Medvedev.

Il a rappelé les longs débats en Russie sur la privatisation des terres, les experts étant divisés sur le processus de privatisation des terres, de marquage des terrains et de délimitation des territoires.

« Les deux positions peuvent se justifier », a estimé M. Medvedev, ajoutant que la privatisation était inévitable « dans tous les cas ».

Le président Vladimir Poutine a appelé la semaine dernière à une utilisation plus efficace des ressources en terres, en particulier aux fins de développement immobilier et d'exploitation agricole.

M. Poutine a souligné que 95 % des terres appartenant aux ministères de la Défense, de l'Agriculture, à la société de chemins de fer russes, à l'académie des sciences ou aux autres structures fédérales n'étaient pas utilisées du tout.

Le gouvernement russe a annoncé des programmes de privatisation des terres il y a près de 20 ans. Toutefois, ce processus est particulièrement lent, principalement en raison de l' absence de bases juridiques cohérentes pour réglementer les transferts de terrains.

La superficie du territoire russe représente plus de 17 millions de kilomètres carrés, tandis que ses terres arables couvrent 17 000 kilomètres carrés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 24 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam