Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.07.2012 08h10
Syrie: défection présumée de deux nouveaux diplomates et poursuite du conflit interne (SYNTHESE)

La Maison Blanche a annoncé mercredi que deux autres diplomates syriens, respectivement en poste aux Emirats arabes unis (EAU) et à Chypre, avaient fait défection.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a réitéré son appel au président syrien Bachar al-Assad à démissionner pour laisser place à une transition pacifique dans le pays.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a déclaré jeudi que l'ambassadeur de Syrie aux EAU était démis de ses fonctions depuis le 4 juin. Son épouse, Lamia Hariri, diplomate responsable de l'ambassade de Syrie à Chypre, avait également fait défection.

Les combats entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition font rage depuis plusieurs jours à Damas, la capitale, et à Alep, la deuxième plus grande ville du pays. Le conflit en Syrie est entré dans le 17e mois.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré, en réponse aux remarques de la porte-parole du département d'Etat américain, Victoria Nuland, mercredi, que la position américaine sur l'attentat de Damas qui a tué plusieurs hauts responsables syriens, était "un blanchissage direct du terrorisme".

Après le départ de la moitié de ses observateurs, l'ONU continuera à chercher à promouvoir une solution politique pour mettre fin au conflit, qui sévit dans ce pays depuis plus de 16 mois.

La Syrie elle-même a nommé cinq hauts officiels de sécurité après la mort du ministre de la Défense dans une attaque terroriste.

À l'extérieur de la Syrie, plusieurs pays intéressés par la crise syrienne ont également pris position et ont surveillé chaque tournant de la situation en Syrie.

L'Iran, proche allié de la Syrie, s'est déclarée fermement opposée à toute forme d'intervention étrangère en Syrie. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali-Akbar Salehi, a appelé à une solution pacifique de la crise syrienne, par le biais de négociations entre les groupes d'opposition et les autorités syriennes.

Aux Etats-Unis, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exhorté encore une fois mardi le président syrien Bachar al-Assad à réfléchir à une transition du pouvoir dans son pays ravagé par la violence, en commençant par des discussions sérieuses.

Ces jours-ci, les réserves d'armes chimiques syriennes ont suscité de plus en plus d'inquiétude au sein de la communauté internationale.

Le chef de l'ONU a exprimé ses préoccupations sur les armes chimiques de la Syrie. Le président américain Barack Obama a mis en garde la Syrie contre l'utilisation d'armes chimiques. La Russie a déclaré que l'utilisation d'armes chimiques serait inacceptable.

Plus tôt cette semaine, les autorités syriennes ont assuré que les réserves d'armes chimiques du pays étaient bien protégées et ne seraient utilisées qu'en cas d'agression extérieure.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 26 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam