Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.08.2012 15h09
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…

La Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton va effectuer une visite dans sept pays d'Afrique dans le courant de ce mois. Une visite de onze jours qui passera entre autres par l'Ouganda, le Kenya et le Malawi. Cette visite a été annoncée en juin de cette année après l'annonce par les Etats-Unis de leur « nouvelle stratégie sub-saharienne » et avant les élections présidentielles de novembre pour faire la promotion de cette nouvelle stratégie destinée de manière évidente à glaner les votes des Afro-américains.

La nouvelle stratégie américaine pour l'Afrique Sub-saharienne annoncée par l'administration Obama en juin de cette année se concentre pour l'essentiel sur quatre points : le premier, renforcer la construction d'institutions démocratiques en Afrique ; le deuxième, encourager la croissance économique de l'Afrique, et développer son commerce et ses investissements ; le troisième, favoriser la paix et la sécurité en Afrique ; le quatrième enfin, soutenir les opportunités et le développement en Afrique.

Bien que ces quatre points figurent dans presque toutes les politiques des précédentes administrations américaines, il faut bien reconnaître que, en réponse à la situation nouvelle en Afrique, l'administration Obama a adopté de nouvelles priorités en la matière. En ce qui concerne la promotion de la démocratie en Afrique, les Etats-Unis vont mettre en oeuvre davantage de stratégies d'intervention ou d'initiatives destinées à faire avancer leurs pions. Dans le même temps, afin de faire avancer plus encore la construction d'institutions démocratiques en Afrique, les Etats-Unis vont, en particulier, se concentrer davantage sur l'établissement de relations étroites avec les futurs dirigeants africains. Dans ce but, le Gouvernement américain a lancé un plan spécial pour la région Afrique, destiné à la formation des futurs dirigeants, et d'ores et déjà, plus de 2 000 activités ont été menées en ce sens. La visite de Mme Clinton au Sénégal et au Malawi arrive elle juste après les récentes élections dans ces pays, qui ont connu un changement de dirigeants. Elle a choisi ces deux pays pour montrer la position et la détermination des Etats-Unis à soutenir et à encourager la démocratie en Afrique.

Sur le plan économique, l'administration Obama estime que « l'Afrique est une terre d'opportunités et d'espoirs croissants ». Aussi le Gouvernement américain est-il désireux de favoriser et d'encourager les entreprises américaines à participer activement au processus de développement en Afrique. Selon des chiffres fournis par la Maison Blanche, la Banque Américaine d'Export-import a, en 2011, accordé pour plus d'un milliard de Dollars US de prêts pour soutenir les exportations de produits américains en Afrique ; selon un rapport de l'Institut Brookings, les exportations américaines vers l'Afrique ont triplé ces dix dernières années, atteignant 21,1 milliards de Dollars US. Bien entendu, les Etats-Unis ne se contentent pas de ces seuls résultats, ils souhaitent aussi ne pas rester à l'écart du développement rapide de l'Afrique. Aussi non seulement Mme Clinton sera t-elle accompagnée d'une très importante délégation commerciale américaine, mais après sa visite en Afrique, c'est la Secrétaire d'Etat au Commerce américaine Rebecca Blank qui se rendra en Afrique, devenant la première titulaire de ce poste à y aller.

En ce qui concerne la sécurité, la création du Commandement Unifié pour l'Afrique en 2008 à permis de renforcer la collecte d'informations, d'installer de petites bases militaires et de s'impliquer directement dans la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme en Afrique. Jusqu'à aujourd'hui, l'US Army a mis sur pied un réseau de renseignement constitué d'une douzaine de petites bases aériennes et des bases de réaction rapide. La visite de Mme Clinton passera aussi par l'Ouganda et le Kenya, qui sont deux pays partenaires des Etats-Unis dans le domaine de la sécurité. Concomitamment à la visite de Mme Clinton en Afrique, le Secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, se rendra en Tunisie et en Egypte. Il est clair que les problèmes de sécurité en Afrique du Nord, nés du « Printemps Arabe », sont devenus un sujet d'inquiétude majeur pour les Etats-Unis.

Le voyage de Mme Clinton en Afrique témoigne de la nouvelle politique stratégique des Etats-Unis en Afrique, et tant en ce qui concerne l'économie que la sécurité, une de leurs principales motivations est de contrer l'influence grandissante de la Chine en Afrique.

Rappelons-nous de la visite de Mme Clinton en Zambie l'année dernière, et des accusations de soi-disant « néo-colonialisme » proférées à l'encontre de la Chine, et critiques envers le modèle de développement et d'investissement de la Chine lors de sa tournée en Asie ; il ne serait guère étonnant qu'elle fasse à nouveau de même lors de sa visite en Afrique. A ce sujet, d'ailleurs, l'agence américaine Associated Press a publié un document, évoquant « le terrorisme et l'influence chinoise comme étant les deux grands thèmes de la visite d'Hillary Clinton en Afrique ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 2 août
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?