Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.08.2012 10h52
Brésil: ouverture du procès d'une affaire de corruption à grande échelle

La Cour suprême brésilienne a ouvert jeudi le procès du plus grave scandale de corruption jamais connu par le Brésil, qui concerne un grand nombre de responsables de l'administration de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva.

Au total, 38 accusés doivent comparaître, la plupart étant des députés soupçonnés d'avoir pris part à une gigantesque opération d'achat de votes au sein du Congrès brésilien. Les chefs d'accusation vont de la corruption à la fraude, en passant par le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale.

Ce scandale a éclaté en 2005, durant le premier mandat de M. Lula, suite à la publication d'un article du quotidien Folha de Sao Paulo.

A l'époque, le député Roberto Jefferson avait déclaré au quotidien que plusieurs hauts responsables du Parti des travailleurs de M. Lula avaient payé de fortes sommes d'argent à certains membres du Congrès, en échange de leur soutien à des projets gouvernementaux et de leur vote en faveur des projets de loi proposés au Congrès.

M. Jefferson a admis être impliqué dans cette affaire, et a accusé José Dirceu, qui était à l'époque le directeur du personnel de M. Lula, d'avoir monté l'opération ; il a également affirmé que trois autres leaders du Parti des travailleurs étaient impliqués dans la coordination de l'aspect politique des opérations.

L'argent versé aux députés était ensuite blanchi par des compagnies appartenant à Marcos Valerio, un publicitaire ayant des contrats avec le gouvernement fédéral, selon M. Jefferson. Plusieurs banques auraient également apporté un soutien financier à cette opération.

Toute l'affaire sera jugée par la Cour suprême, dans la mesure où la plupart des défendeurs sont des députés, qui ne peuvent être poursuivis que par cette Cour.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 3 août
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis