Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.08.2012 08h27
La Syrie dément que les rebelles aient pris le contrôle des locaux la télévision d'Etat à Alep

La télévision d'Etat syrienne a rejeté comme "absolument sans fondement" les informations diffusées par les chaînes de télévision du Qatar et d'Arabie Saoudite, selon lesquelles des groupes rebelles auraient pris le contrôle des locaux de la télévision nationale dans le nord de la province d'Alep.

La chaîne saoudienne Al-Arabyia TV avait en effet déclaré un peu plus tôt que les rebelles de l'Armée syrienne libre avaient pris le contôle du Centre médiatique d'Alep.

La télévision d'Etat syrienne a déclaré que des "mercenaires armés" avaient attaqué des civils et lancé un assaut sur les environs des bureaux de la télévision d'Etat, mais que l'armée syrienne avait riposté et les avait repoussés.

La station de radio pro-gouvernementale Sham FM a également cité ses journalistes à Alep, qui ont tous démenti cette rumeur, et a précisé que de violents affrontements étaient en cours à Alep.

Les affrontement font rage depuis la semaine dernière à Alep, après que les insurgés eurent déclaré le début d'une grande offensive de "libération" d'Alep, la deuxième plus grande ville et le principal centre commercial de Syrie.

Des rebelles armés, soutenus par des pays arabes et occidentaux, tentent de s'emparer d'un certain nombre de positions autour d'Alep. Cette ville occupe en effet un emplacement stratégique en raison de sa proximité avec la Turquie, un pays qui soutient fermement le mouvement d'opposition en Syrie. S'emparer d'Alep permettrait aux rebelles de rejouer un scénario similaire à celui de Libye, lorsque les rebelles soutenus par l'OTAN avaient réussi à utiliser Benghazi comme base de lancement pour leurs attaques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 3 août
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis