Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.08.2012 08h44
Corée du Sud : la fille du dernier dictateur remporte la primaire à la présidentielle du parti au pouvoir

Park Geun-hye, candidate aux élections primaires organisées par le parti Saenuri en vue des élections présidentielles sud-coréennes de décembre prochain, a remporté lundi cette élection interne au parti conservateur, actuellement au pouvoir, devenant ainsi la première femme nommée candidate à l'élection présidentielle par un grand parti.

La fille de l'ancien homme fort militaire du pays Park Chung-hee a remporté dimanche une victoire écrasante, récoltant 86,3% des suffrages exprimés par quelque 82 000 membres du parti et 6 000 citoyens.

Cette victoire n'est pas une surprise car Mme Park dominait dans les sondages, sa prééminence occultant depuis longtemps ses rivaux, que ce soit le gouverneur de Gyeonggi Kim Moon-soo, l'ancien maire d'Incheon Ahn Sang-soo ou encore l'ancien directeur du cabinet présidentiel Yim Tae-hee.

Mme Park, 60 ans, dont la précédente tentative de briguer la présidentielle avait été contrecarrée en 2007 par l'actuel président Lee Myung-bak, s'est engagée à élargir les programmes sociaux, créer des emplois et améliorer les relations tendues avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Elle jouit d'une popularité inégalée auprès des électeurs conservateurs et des anciens, popularité qui a aidé le parti Saenuri, ébranlé par des scandales, à remporter une victoire surprise en avril lors d'élections législatives très disputées

Certains commentateurs de la vie politique sud-coréenne font observer que l'image de Mme Park suscite chez ses partisans de la nostalgie pour le développement économique rapide qu'a connu le pays au cours des 18 ans de règne de son père, dont l'héritage est néanmoins toujours sujet à débats.

Mme Park a récemment défendu le coup d'Etat de 1961 orchestré par son père, balayant les critiques émanant des libéraux et des progressistes. Selon elle, il s'agissait du "meilleur choix possible" à l'époque, et il a contribué à moderniser le pays.

Ses adversaires potentiels à l'élection présidentielle incluent Moon Jae-in du Parti démocrate unifié, qui est la principale formation de l'opposition, ainsi que le magnat de l'informatique Ahn Cheol-soo, qui n'a pas encore annoncé sa candidature à la présidence.

L'élection présidentielle aura lieu le 19 décembre. La Constitution sud-coréenne interdit à M. Lee, dont le quinquennat s'achèvera au début de l'année prochaine, de briguer un nouveau mandat présidentiel.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale