Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.08.2012 14h22
La directrice générale de l'UNESCO déplore la mort de la journaliste japonaise Mika Yamamoto en Syrie
Mika Yamamoto

La directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré la mort de Mika Yamamoto, une journaliste japonaise abattue à Alep en Syrie, selon un communiqué publié mercredi par l'UNESCO.

Mme Bokova a exhorté les différentes parties en présence dans le conflit en Syrie de respecter le droit humain fondamental à la liberté d'expression et le droit des journalistes à exercer leur profession dans des conditions raisonnables de sécurité.

"Une fois encore, j'exhorte toutes les parties à respecter leur obligation de ne pas cibler les journalistes dont ils doivent reconnaître le statut civil. Il est également essentiel que toutes les parties respectent le droit humain fondamental à la liberté d' expression et celui de la liberté de la presse, son corollaire", a- t-elle souligné.

Mika Yamamoto, une journaliste video et photo de 45 ans, a été abattue à Alep le 20 août alors qu'elle couvrait les violents combats dans la ville, pour l'agence Japan Press.

Selon le communiqué de l'UNESCO, pas moins de 27 journalistes, syriens ou internationaux, ont été tués alors qu'ils couvraient les événements en Syrie depuis le début de l'année 2012.





News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale