100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 20.01.2010 09h07
La Chine indique que Google n'est pas une exception à la loi (2)

" Comme dans les autres pays, l'Internet chinois est gravement menacé par les cyberattaques", a-t-il poursuivi.

Selon la Société Internet de Chine (Internet Society of China), le nombre de cyberattaques perpétrée depuis l'étranger contre la Chine a augmenté de 148% en un an au cours de 2008. Baidu, le plus grand moteur de recherche chinois a été temporairement paralysé le 12 janvier dans la pire attaque jamais enregistrée depuis sa création.

La Chine s'oppose fermement aux cyberattaques et les interdit résolument, a-t-il déclaré.

Il a également réfuté une information selon laquelle le système d'ordinateur du gouvernement indien a été attaqué par un pirate chinois, la qualifiant de "sans fondements".

Parallèlement, Google Chine a publié mardi une note sur son blog en langue chinoise, www.googlechinablog.com, annonçant que ses employés travaillaient normalement dans leurs bureaux à Beijing.

"Nous avons entendu parler ces derniers jours de nombreuses rumeurs, selon lesquelles Google avait déjà fermé son bureau en Chine ou que ses employés en Chine avaient été informés qu'ils devraient quitter leurs emplois prochainement", mais "ces rumeurs ne sont pas vraie", indique la note.

Bien que le géant Internet ait récemment annoncé qu'il négocierait avec le gouvernement chinois dans les prochaines semaines, les employés de Google Chine s'efforcent toujours de fournir, comme d'habitude, les meilleurs produits et services aux clients, ajoute la note.



[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine défend ses droits légitimes en mer de Chine orientale
Le Canada rapatrie un suspect recherché en Chine
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?
Moins de taxes et une croissance plus forte
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »