Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 10:18
La Chine a fabriqué un robot poisson destiné à l'archéologie sous-marine

La Chine a déclaré le 5 décembre dernier la fabrication de son premier robot poisson praticable. Ce robot ressemblant à un poisson a effectué avec succès une exploration sous-marine sur le site du bâtiment de guerre de Zheng Chenggong au Fujian.

Lors d'une démonstration faite à Beijing pour les spécialistes, un technicien émettait, grâce à une télécommande de la taille d'une paume de main et à un ordinateur, diverses commandes au robot poisson noir mesurant 1,23 m de long qui nageait librement dans une piscine. Le robot poisson SPC-II, fabriqué conjointement par l'Institut de robotique de l'Université aérospatiale de Beijing et l'Institut d'automatisation de l'Académie des sciences de Chine, comprend trois parties : le système de propulsion, le système de collecte des images et de transmission radiologique des signaux, la plate-forme de commande par ordinateur. En verre durci et en plaques de fibre, il a une vitesse maximale de 1,5 m/s et peut travailler pendant deux à trois heures sous l'eau.

En août dernier, ce robot poisson a été utilisé pour effectuer une mission archéologique sous-marine concernant le bâtiment de guerre de Zheng Chenggong dans la mer Dongshan du Fujian. En deux journées, il a travaillé au total six heures dans l'eau, pris des photos sur une surface de 4 000 mètres carrés et transmis les images au quartier général à la surface. C'est la première fois que la Chine pratique l'archéologie sous-marine à l'aide d'un robot. D'après le responsable du Centre de recherches archéologiques sous-marines relevant du Musée national, ce robot répond parfaitement aux besoins de l'archéologie sous-marine avec sa vitesse convenable, sa commande facile et son faible dérangement de l'environnement. Il permet d'augmenter le rendement de travail et diminuer les risques affrontés par les plongeurs.

A l'heure actuelle, plusieurs pays développés attachent une grande attention à la recherche sur les robots poissons. Des résultats remarquables ont été obtenus aux Etats-Unis et au Japon. Un certain nombre d'instituts chinois s'y consacrent également. Mais ils restent dans la période de recherche théorique et celle d'expérimentation. Depuis 1999, la recherche concernant le robot poisson SPC-II dont les techniques et les équipements sont totalement chinois a obtenu plusieurs brevets. D'après Tan Min, directeur adjoint de l'Institut d'automatisation relevant de l'Académie des sciences de Chine, le robot poisson pourra, exception faite de l'archéologie et de la photographie sous-marines, de la sonde des passages étroits d'eau et de la topographie du lit de la mer, être utilisé dans l'élevage et la pêche. Il jouera également un rôle important dans le secours en tant que mini-porteur sous-marin.

(xinhua)



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.