Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 10:22
Découverte de 149 sites de maisons des "femmes de réconfort"
première ancienne maison des "femmes de réconfort" à Shanghai

[Au bout de 13 ans de recherche, un historien chinois a identifié 149 sites qui furent utilisés par les envahisseurs japonais pour installer les " femmes de réconfort ".

Les découvertes de cet historien sur les atrocités durant la seconde Guerre mondiale sont enregistrées dans un nouveau livre portant sur les maisons de réconfort de l'armée japonaise à Shanghai. Environ la moitié de ces maisons de prostitution se situaient dans le district de Hongkou, qui avait une population japonaise dense pendant les années précédant la guerre.

Su Zhiliang, auteur du livre et professeur à l'Université normale de Shanghai, a déclaré qu'il était surpris de découvrir que la ville avait de si nombreuses " maisons des femmes de réconfort ", un euphémisme japonais pour désigner les lieux où des femmes asiatiques furent forcées de servir comme esclaves sexuels.

« Le but principal de ma recherche était de collecter des preuves du passé, car la plupart des femmes concernées sont mortes et les maisons ont été détruites », a dit Su dimanche. « Seulement deux des " femmes de réconfort " de la ville sont encore en vie ? et elles sont déjà des octogénaires ? et seulement un quart des maisons de prostitution existent ».

Su a affirmé qu'il envisageait d'inviter une de ces femmes à raconter aux sociologues, aux experts en droit, aux historiens et aux médias les supplices qu'elle avait subis dans le passé, en début de juillet dans le but de faire connaître les preuves historiques.

Su a souligné que sa découverte de 149 maisons est soutenue par des documents historiques et des témoins, comprenant des archives japonaises, des vétérans japonais et des victimes chinoises.

D'après sa recherche, quelque 200 000 femmes chinoises furent forcées de se prostituer dans le pays durant l'invasion des troupes japonaises dans les années 1930 et 1940. Shanghai fut le site des premières "maisons des femmes de réconfort " de l'armée japonaise, a déclaré Su.

22/06/2005



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.