Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 10.04.2007 09h34
La boxe traditionnelle chinoise taiji combat le zona

Selon une nouvelle étude, la boxe traditionnelle chinoise taiji procure des avantages, outre l'amélioration de la santé: elle aide à prévenir le zona, une maladie cutanée douloureuse.

Cette étude a été publiée dans le journal American Geriatrics Society cité par les médias lundi 9 avril.

Bien qu'on ne soit pas clair comment la boxe traditionnelle pourrait favoriser le système immunitaire, les experts sont très encouragés par les résultats de cette étude.

"Une sur cinq personnes qui ont été affectées par la varicelle sera atteinte par le zona plus tard, souvent après 50 ans, et le risque augmente, quand l'âge avance", a dit le docteur de NIA, Richard J. hodes. "La recherche doit s'approfondir. Mais cette étude suggère que l'exercice de la boxe traditionnelle, combiné avec l'immunisation, pourrait renforcer la protection des personnes âgées ayant souffert de cette maladie cutanée.

112 adultes en bonne santé ont pris part à cette étude menée auprès de ceux âgés d'entre 59 ans et 86 ans. Tous les participants avaient été affectés par la varicelle dans le passé.

Pendant trois mois, la moitié des personnes ont suivi le cours de la boxe traditionnelle et l'autre moitié a participé au cours de l'éducation de la santé. Six mois après, le groupe de la boxe traditionnelle a montré un niveau d'immunité, vis-à-vis du zona, deux fois plus élevé que le groupe de l'éducation de la santé.

En outre, le premier groupe a rapporté des améliorations signifiantes dans les fonctions physiologiques, dans la vitalité comme dans la mentalité. Les deux groupes ont tous montré des déclins importants de symptômes dépressifs.

"Il s'agit de découvertes excitantes, parce que les résultats positifs de cette étude ont également des conséquences sur d'autres maladies infectieuses comme la grippe et la pneumonie", a dit le directeur de the UCLA Cousins Center for Psychoneuroimmunology.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.