Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 14.12.2007 15h21
Une étude sur la pollution en zone rurale démarrera l'année prochaine

Le gouvernement central chinois a alloué 230 millions de yuans (21,3 millions d'euros) pour conduire la première étude jamais réalisée sur les sources de pollution dans les zones rurales dans le but de créer une campagne plus propre, a déclaré un haut responsable de l'agriculture lors de la conférence de presse qui s'est tenue le 13 décembre 2007.

En se focalisant sur les animaux, cultures et la pisciculture, l'étude offrira une visualisation de la pollution qui pourra être utilisée comme point de référence pour les prises de décision futures, a dit Zhang Fengtong, directeur du département des sciences, de la technologie et de l'éducation sous l'égide du ministère de l'agriculture.

Zhang a dit que les travaux préliminaires ont déjà été réalisés et que l'étude démarrera l'année prochaine.

Ses découvertes seront publiées d'ici la fin de l'année prochaine.

Il a dit que dans le cadre de la campagne de contrôle de la pollution, plus de 1 000 villages "propres" sont en train d'être développés actuellement qui ont la capacité de traiter 90% des déchets et des eaux usées de l'ensemble des ménages, et où l'utilisation de fertilisants et de pesticides a été réduit de 15 à 30%.

Le ministère est également participe à la promotion sur les économies d'énergie et le contrôle de la pollution en construisant des digesteurs de biogaz dans les zones rurales et en permettant une utilisation de pesticides et fertilisants plus efficace, a déclaré Zhang Fengtong.

"Afin de développer l'agriculture moderne dans une voie écologique, un changement fondamental dans le modèle de production agricole et de mode de vie est essentiel," a dit Zhang.

Le problème de la pollution dans les zones rurales et urbaines est une grande préoccupation depuis plusieurs années, comme le pays s'efforce de faire l'équilibre entre les besoins de l'environnement et le rapide développement économique que connaît la Chine.

Un document émis conjointement par l'Administration d'Etat de protection de l'environnement (la SEPA) et de plusieurs autres départements du gouvernement le mois dernier stipulait: "Certains problèmes environnementaux sont devenus les principaux facteurs mettant en danger la santé et la sécurité de la propriété des chinois en zone rurale, et faisant obstacle au développement durable économique et social dans les zones rurales."

L'engagement clé du document est de garantir la qualité de l'ensemble de toutes les sources d'eau d'ici 2010, comme plus de 300 millions de Chinois ruraux n'ont pas accès à une eau potable.

Les autres engagements cités dans le document comprend l'augmentation de la fréquence d'utilisation de tests des sols afin de minimiser les dommages provoqués par les fertilisants et pesticides, et de développer le volume des déchets – la paille issue des cultures, les déchets domestiques, les excréments des bétails et les eaux usées – traités d'au moins de 10%.

Le document assure également que d'ici 2010, 65% de la population rurale aura accès à des toilettes, dans le cadre du projet de contrôle de la pollution environnementale.

Cependant, un expert a dit que l'obstacle majeur à la gestion des eaux rurales est que malgré le fait que plusieurs ministères et que le SEPA ont déclaré qu'ils alloueront des fonds aux projets individuels, il n'y a pas d'organisme seul qui est directement responsable du problème dans l'ensemble.

"Il devrait y avoir un seul ministère qui s'occupe du problème", a suggéré Lu Ming, vice-directeur du comité des affaires rurales de l'Assemblée populaire nationale.

"Je recommande que le ministère des ressources en eau prenne la tête du projet et que la SEPA joue un rôle de supervision," a-t-il ajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 La Chine entre dans une nouvelle phase de prévention et de protection de l'environnement

 Des étrangers pourront obtenir l'équivalent chinois de TOFEL

 La réévaluation du renminbi profite aux étudiants chinois qui désirent poursuivre leurs études à l'étranger

 Shanghaï s'approchent des objectifs de réduction d'émission de polluants

 Ouverture d'une hotline 'santé' en langue anglaise

 En Chine, l'énergie solaire progresse
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.