Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 14.01.2008 14h40
Les disciplines « favorites» ne pourront pas garantir un bon travail

Des diplômés universitaires chinois ont découvert que le marché du travail est différent de celui qui leur avait été présenté, quand ils sont entrés à l'université il y a quelques années et les disciplines soi-disant « favorites » ne peuvent pas leur apporter un bon travail.

Les diplômés en différentes spécialités ont des expériences très différentes au marché du travail. Mais les diplômés en finances, économie ou dans quelques autres spécialités sont assurés de bons emplois.

« J'ai présenté ma candidature en ligne pour 15 compagnies et la plupart d'entre elles ont l'intention de m'employer », a dit Wang Ming, aspirant chercheur qui est diplômé de l'Université des Finances et économie de la Chine du Sud-Ouest, basée à Chengdu, province du Sichuan.

Il a dit que tous les étudiants en économie, finances et en comptabilité dans son université ont reçu au moins deux offres de travail.

Les étudiants spécialisés en exploitation minière et en sciences de matériels, qui n'étaient pas prisées il y a quelques années, font face maintenant à de nombreuses opportunités d'emploi. Le taux d'emploi des diplômés de ces deux disciplines était de 100% à l'Université de Guizhou, province du Guizhou dans le sud-ouest de la Chine.

« Beaucoup de compagnies viennent directement dans notre école pour chercher des employés », a dit Wang Hua du Centre d'aide à la recherche des emplois de cette université.

Mais certaines disciplines soi-disant "populaires" comprenant la science juridique, le journalisme et l'informatique, qui avaient recruté d'importants nombres d'étudiants, ne sont pas appréciées au marché du travail.

Des experts ont dit que les frais d'étude élevés pour les cours de ces disciplines ont abouti à un accroissement excessif du nombre de recrutés, ce qui a causé un surplus d'offres au marché du travail.

Pour régler ce problème, l'Université de Guizhou a décidé de réajuster le nombre des étudiants à recruter, si le taux d'emploi d'une discipline a diminué jusqu'à moins de 70%.

« L'école du Droit a recruté environ 600 étudiants en 2004, mais nous en avons admis seulement 100 en 2007, de façon à ce que le taux d'emploi a augmenté, en passant de 70% à 90% », a dit Wang Hua.

Un autre problème, qui cause des difficultés aux diplômés dans leurs efforts pour chercher le travail, est l'écart entre les connaissances acquises à l'école et les demandes du travail.

En 2007, seulement 60% des diplômés en informatique ont été employés, tandis que les postes vacants à occuper dans l'industrie de la technologie de l'information (IT) ont dépassé un million.

Des compagnies de IT se plaignaient de ce qu'elles aient dépensé d'importantes sommes d'argent pour la formation de nouveaux employés avant poste. Elles espèrent que des universités ajusteront leurs disciplines pour mieux préparer les étudiants au futur travail.

En outre, les employeurs embauchent des diplômés universitaires ayant un bon sens de responsabilité. Cette qualité est suivie d'un sens de travail d'équipe, de flexibilité, d'éloquence, d'indépendance, de confiance, de capacité de supporter la pression, de capacité de communication et de compétence professionnelle selon une liste de mérites qui aident les diplômés universitaires à chercher le travail, selon une enquête menée auprès des managers de ressources humaines de 200 compagnies, par le Site web de Ressources de talents du Shandong.

La concurrence au marché du travail dans tout le pays est devenue très vive, avec l'augmentation du nombre des étudiants universitaires.

Selon les statistiques, environ 5,6 millions d'étudiants seront diplômés des différents établissements d'enseignement supérieur en 2008, en augmentation de 640 000 par rapport à 2007, selon China Daily.

L'année dernière, près de 1,4 millions de diplômés universitaires, soit un tiers du total, n'ont pu trouver de travail, a fait savoir ce journal.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Chine : deuxième des principaux pourvoyeurs étrangers d'étudiants pour l'Université de Harvard

 Des aides ménagers diplômés disponibles sur le marché de l'emploi

 Les étudiants chinois ont besoin de l'école pour apprendre la vie dans un monde moderne

 Les étudiants chinois affluent à Harvard

 Des universités prestigieuses demeurent attirantes pour les candidats

 Les jeunes diplômés de l'université d'élite Tsinghua obtiennent les plus gros salaires

 La réévaluation du renminbi profite aux étudiants chinois qui désirent poursuivre leurs études à l'étranger

 Plus de 80% des étudiants chinois souhaitent poursuivre leurs études à l'étranger

 Formation des professionnels chinois de l'immobilier de haut niveau une nouvelle coopération franco-chinoise

 Un soldat démobilisé qui avait interrompu ses études universitaires reprend ses études à l'Université de Beijing
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.