Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 06.05.2008 13h40
Des scientifiques s'efforcent de résoudre le mystère médical du Taïchi et du Qigong

A travers des siècles de pratique, de nombreuses différentes écoles chinoises d'esprit et d'exercices physiques telles que le Qigong (exercices de respiration) et le Taïchi ont prouvé leur efficacité dans l'amélioration de la santé et même posséder certains pouvoirs de guérisons.

D'après les théories médicales traditionnelles chinoises, ces exercices, qui impliquent la régulation de l'esprit, du corps et de la respiration, l'augmentation du développement et de la circulation du Qi, l'énergie vitale du corps.

Cependant, le Qi est resté quelque part fugace à la science médicale moderne, comme elle doit encore être mesurée et prouver son existence. Les chercheurs de "l'Alliance Internationale pour le signal de l'Esprit/Corps et la recherche sur l'énergie" aux Etats-Unis ont appliqué les dernières technologies biomédicales pour acquérir une meilleur compréhension des aspects physiologiques de tels effets.

Dans les laboratoires de l'Alliance, différents types d'examens et de mesures ont été réalisés sur plus de 20 pratiquants de qigong et taïchi de haut niveau. Les chercheurs ont trouvé que lorsque les pratiquants de taïchi (taïchichuan ou taïchiquan, et taijiquan en transcription chinoise pinyin) effectuent des mouvements, qui sont coordonnés avec de grands cycles de respiration profonde, il y a une importante augmentation du flux sanguin périphérique. Pour arriver à cet effet, les pratiquants doivent être détendus.

En théorie, les tissus du cerveau humain s'endurcit avec l'âge. Cependant, après avoir mesuré la réponse cérébrale de certains pratiquants du qigong depuis plusieurs années, les chercheurs ont découvert que leur esprit est réactif comme celui des jeunes dans leur vingtaine. Les chercheurs pensent que le résultat est lié à leurs exercices de respiration, qui permet une plus grande alimentation en oxygène du cerveau. De cette façon, ils peuvent conserver des cerveaux aussi flexibles et élastiques que dans leur jeunesse.

L'étude a également révélé que lorsque les pratiquants du qigong entrent dans un état de méditation profonde impliquant une régulation de l'esprit, ils comportent une caractéristique de variation du rythme cardiaque à haute fréquence indicatif d'une relaxation normalement observée durant le sommeil profond.

Les chercheurs ont conclu que la pratique du qigong ou taïchi a mené à des changements mesurables dans l'esprit et les fonctions du corps qui peuvent être expliqués en partie par le contrôle conscient du système nerveux autonome.

Les résultats positifs obtenus en laboratoire expliquent en partie pourquoi il y a autant de pratiquants de taïchi et de qigong en Chine et dans le monde. Malgré la controverse actuelle sur ces effets dans la science mondiale, les gens montrent un plus grand intérêt envers les valeurs culturelles de la pratique du taïchi, particulièrement les légendes et personnages liés à ces derniers, qui ont toujours représenté une de sources pour les écrivains, scénaristes de films et de séries télé.

Pour de nombreuses personnes, qu'elles pratiquent ou non le taïchi (ou la boxe chinoise sans adversaire) signifie plus qu'un système d'exercices physiques et qu'un secret pour garder la forme. Il aide les gens à maintenir un équilibre physiologique via des mouvements circulaires.

Le taichiquan ou encore écrit taichichuan (taijiquan en transcription chinoise pinyin), s'appelait également dans le passé "chang quan (les longs points)", "shisan shi (les 13 postures)" et "ruan shou (la main douce)". L'origine du taïchi est toujours un mystère comme les historiens du Wushu chinois sont encore à la recherche de sources plus anciennes que les inventeurs possibles communément connus, tels que Xu Xuanping de la dynastie Tang (618-907 après J.C.), Chen Wangting et Wang Zongyue de la dynastie Qing (1644-1911).

L'éventuel inventeur le plus connu est Zhang Sanfeng, dont le lignage reste imprécis. Il est souvent surnommé le "créateur du taïchichuan" notamment par certains fans de séries télé de kungfu et films.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Des maîtres chinois de "Qigong" vont effectuer leur première visite aux Etats-Unis
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.