Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 20.11.2008 08h31
Des scientifiques chinois traitent des vaches avec des plantes, supprimant les résidus chimiques dans leur lait

Des scientifiques chinois tentent de préserver le lait de tous résidus chimiques en faisant appel à des médicaments à base de plantes plutôt qu'à des antibiotiques ou hormones pour traiter les infections bactériennes des vaches ou augmenter leur production de lait.

Liang Jianping, pharmacien vétérinaire expert de l'Institut de Physique moderne relevant de l'Académie des Sciences de Chine, a fait savoir mercredi que son équipe de recherche avait réussi à produire un lait sans aucun résidu dans une ferme expérimentale en utilisant des herbes médicinales pour traiter mammites (inflammation du pis) et endométrioses (infection de l'utérus).

Les chercheurs ont utilisé l'herbe médicinale antibactérienne Liu Qian Su, extraite d'un type de garance, qui peut être métabolisée en quelques heures et ne laisse aucun résidu nocif dans le lait et les autres aliments, selon Liang.

Et au lieu d'utiliser des hormones femelles, ils ont employé de la puerarine extraite de la plante kudzu (appartenant à la famille des pois du sud-est de la Chine) pour élever la production de lait des vaches. La puerarine, habituellement employée pour traiter les maladies coronariennes et l'angine, peut obtenir cet effet en augmentant le volume des vaisseaux sanguins des vaches.

La prochaine étape sera de vendre la technique aux producteurs laitiers du nord-ouest du Gansu, où se trouve l'institut, a ajouté Liang, par ailleurs membre du comité du Ministère de l'Agriculture supervisant les résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments d'origine animale.

"Les surdoses d'antibiotiques chez les vaches peuvent laisser des résidus chimiques dans le lait, ce qui pose un risque de résistance aux médicaments et de réaction allergique chez les humains", explique Liang.

La Chine ne teste pas les résidus d'antibiotiques ou d'hormones dans le lait pour le moment et il y a un besoin urgent de normes plus strictes, avertit Liang, selon qui la supervision du processus de production est aussi important que le processus de test des produits.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Les enfants robustes de l'ethnie Jino (3)
 Les enfants robustes de l'ethnie Jino (2)
 Les enfants robustes de l'ethnie Jino
 M. Jerry Yang a annoncé sa démission du poste de CEO de Yahoo
 Chine: premiers essais commerciaux pour le satellite Feng Yun-3 A
 La construction par la Chine de porte-avions ne doit aucunement surprendre le monde
 Une nouvelle découverte de scientifiques britanniques
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.