100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 09.10.2009 09h26
Départ du navire chinois baptisé "Dragon des neiges" pour une expédition en Antarctique

A bord du navire baptisé "Dragon des neiges", une équipe de 251 membres partira le 11 octobre pour la 26e expédition chinoise en Antarctique, a annoncé mercredi l'Administration océanique d'Etat.

Wei Wenliang, chef du Bureau de l'expédition polaire relevant de l'administration océanique, a indiqué lors d'une conférence de presse tenue à Shanghai que l'expédition durerait environ 180 jours, et que les scientifiques méneraient 59 projets de recherche.

Il a précisé que l'équipe mènerait des recherches régulières dans les deux stations de Changcheng et de Zhongshan, et terminerait la deuxième phase de la construction de la station de Kunlun sur le Dôme Argus, plus haute montagne de glace en Antartique culminant à 4 093 mètres d'altitude.

L'équipe scientifique chinoise y fera également des recherches géologiques et biologiques.

Wei Wenliang a ajouté que les scientifiques chinois continueraient d'étudier les montagnes Grove et d'y collecter des échantillons de météorites.

La Chine a commencé la construction de la station de Kunlun en janvier 2009.

La station de Changcheng (Grande Muraille), fondée en février 1985, se trouve dans le sud de l'île King George et celle de Zhongshan, construite en février 1989, est située dans le sud de la baie de Prydz de la péninsule du Miroir, dans l'est des collines Larsermann.

Six pays, à savoir les Etats-Unis, la Russie, le Japon, la France, l'Italie et l'Allemagne, ont des stations de recherche à l'intérieur du continent de l'Antarctique.

La Chine a mené sa première expédition en Antarctique en 1984.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?