Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 19.11.2009 15h34
Les personnes sont plus résistantes à la grippe H1N1

Le système immunitaire de la population est plus résistant au virus de la grippe A/H1N1 qu'on ne le pensait au départ, suggère une nouvelle étude.

Cela pourrait expliquer pourquoi la maladie n'a pas posé plus de problèmes jusqu'à présent, selon l'étude menée par des chercheurs de l'Institut d'allergie et d'immunologie de La Jolla, en Californie.

En utilisant la grande base de données sur la grippe, constituée par les Instituts nationaux de la santé américains, les chercheurs ont analysé la réaction des cellules du système immunitaire au virus H1N1. Ils ont constaté que 17% des cellules B qui attaquent les virus dans le sang reconnaissaient le virus H1N1 en raison de leur exposition aux autres virus de grippe.

"Ces cellules B produisent des anticorps dans le sang et essayent de trouver le virus avant qu'il ne pénètre dans les cellules, et c'est ce qui empêche la maladie", a déclaré l'auteur principal de l'étude Bjoern Peters, membre adjoint de la Division vaccins à l'institut.

L'étude a également révélé que 69% des cellules T qui attaquent le virus dans les cellules infectées, sont alertées par ces infections antérieures.

"Elles reconnaissent le virus à l'intérieur des cellules, et sont donc responsables pour la compensation de l'infection une fois qu'elle a pénétré dans l'organisme", a dit Peters. "Personne ne sait quel niveau d'immunité est suffisant pour se protéger. Mais nos données indiquent que si elles sont infectées, les cellules T puisent l'information dans les cellules qui ont déjà été exposées au virus et peuvent ainsi rendre l'infection moins grave".

"Ce qui a été largement rapporté par la presse, c'est que la grippe porcine est un virus totalement nouveau, donc il n'y a pas d'immunité à cette maladie", a indiqué Peters. "Mais la gravité des infections qui ont été observés n'est pas supérieure à celles qui sont habituellement observées lors de la grippe saisonnière. "

La raison pour laquelle le virus de grippe H1N1 ne provoque pas beaucoup de cas mortels comme on le craignait au départ, est liée avec les divers mécanismes de protection du système immunitaire, qui ont été amorcés par l'exposition aux virus de la grippe précédemment, mentionne le co-auteur de l'étude Alessandro Sette, directeur du Centre des maladies infectieuses.

La recherche, publiée cette semaine dans les Actes de l'Académie nationale des sciences, aide à comprendre pourquoi la pandémie de la grippe H1N1 n'est pas aussi mortelle comme on le redoutait au départ, a indiqué Sette. "Nous fournissons une explication concernant les observations que la sévérité de la maladie n'est pas plus grande que celle des autres virus", a-t-il dit. "Elle est peut-être même moins grave que la grippe saisonnière ordinaire."

Toutefois, la recherche, ne nie pas qu'il est conseillé de se faire vacciner contre le virus H1N1, a déclaré Peters. "Nos recherches aboutissent à la conclusion qu'il est nécessaire de se faire vacciner", a-t-il indiqué. "En même temps, cela fournit une explication pourquoi vous n'êtes pas forcément concerné si vous n'avez pas été en mesure de vous faire vacciner jusqu'à présent."

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine reconnaît le CNT libyen comme l'autorité au pouvoir et le représentant du peuple libyen
Le Yuan est utile pour les transactions commerciales à l'étranger
Comment les Etats-Unis commémoreront-ils les attentats du 11 septembre ?
Il faut combattre les causes du terrorisme