Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 01.03.2010 10h42
Le gouvernement chinois va augmenter ses dépenses en matière d'éducation

Le gouvernement chinois a de nouveau promis d'augmenter ses dépenses en matière d'éducation, à hauteur de 4% du PIB national en 2012, un objectif originellement fixé en 1993.

Cet engagement fait partie du Plan National pour la réforme et le développement de l'éducation à moyen et long terme, publié dimanche par le Conseil des Affaires d'Etat.

Ce plan, qui traite presque tous les problèmes les plus importants, allant du système éducatif et de la qualité de l'enseignement aux inscriptions scolaires, devrait être un document majeur s'agissant du développement et de la réforme de l'éducation pour les dix années à venir.

Il sera ouvert aux commentaires du public dans un mois.

« Bien qu'atteindre cet objectif de 4% prenne du temps, la Chine a tout de même fait mieux que la moyenne mondiale quand on considère la proportion des dépenses relatives à l'éducation dans les dépenses fiscales entre 2004 et 2008 », a déclaré Ding Xuedong, Vice-ministre des finances lors d'une conférence de presse à Beijing.

« Les dépenses du pays relatives à l'éducation viennent en tête des dépenses fiscales ».

La Chine s'était engagée à porter ces dépenses à 4% de son PIB en 1993, mais n'a pas réussi jusqu'à aujourd'hui à atteindre cet objectif.

« L'augmentation des dépenses en matière d'éducation depuis 2006, quand elles ne représentaient alors que 2% du PIB, est un développement bienvenu. Elles devraient permettre au gouvernement chinois d'atteindre son objectif de 4% du PIB consacré à l'éducation un an plus tôt », a déclaré dimanche Richard Herd, auteur de la toute récente Etude économique sur la Chine de l'Organisation pour la Coopération et le Développement Economique (OCDE).

« Presque tous les gouvernements qui adhèrent à l'OCDE dépensent plus que cela pour l'éducation. Aussi, la nouvelle priorité pour le gouvernement chinois devrait-elle être de mettre en place une éducation universelle et gratuite d'une durée de douze ans à la fin du prochain plan quinquennal », dit-il.

L'éducation a d'ailleurs été l'un des sujets qui a fait l'objet du plus de critiques de la part du public, particulièrement les déséquilibres de l'éducation, la charge de travail des étudiants, la corruption académique, tout aussi bien qu'une bureaucratie galopante.

Le Premier ministre Wen Jiabao a d'ailleurs appelé samedi à des changements dans cette bureaucratie de l'éducation, un problème qui mine le développement de l'éducation en Chine.

« J'espère que le système de classement administratif des établissements d'enseignement supérieur va disparaitre », a-t-il déclaré durant une discussion en ligne avec les internautes sur gov.cn et xinhuanet.com.

M. Wen a également précisé qu'une autre manière de stimuler le développement de l'éducation est de laisser la direction des établissements scolaires à des spécialistes de l'éducation.

Par « spécialistes de l'éducation », le Premier ministre entend des personnes qui aiment enseigner et savent enseigner, et des personnes qui ont enseigné toute leur vie durant.

« Si le directeur de l'école est changé tous les deux ou trois ans, jamais cette école ne deviendra une excellente école », a-t-il déclaré.

M. Wen a par ailleurs précisé que le projet national pour la réforme et le développement à moyen et long terme de l'éducation est de donner la priorité à la réduction de la charge de travail des étudiants, afin qu'ils puissent se développer d'une manière plus large.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wu Bangguo présente le rapport d'activité du Comité permanent de l'APN
Alerte au tsunami suite à un séisme au Japon, mais la Chine est en sécurité
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?