Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 30.03.2010 15h41
Les entreprises à capitaux étrangers installées en Chine préfèrent recruter les diplômés universitaires frais émoulus

Les résultats de l'« enquête 2010 sur l'offre et la demande du marché d'emplois entreprises à capitaux étrangers – jeunes diplômés universitaires de Shanghai »indiquent que le désir des entreprises étrangères établies à Shanghai pour le recrutement de jeunes diplômés universitaires s'est accru de 35% par rapport à l'année dernière, que près de 85% de ces entreprises souhaitent engager des diplômés frais émoulus et que pour plus de 60% de ces entreprises, elles envisagent de recruter encore plus de jeunes diplômés universitaires récemment sortis de l'école. Toutefois en ce qui concerne les jeunes diplômés frais émoulus, qui se disputaient autrefois pour être recrutés par des entreprises étrangères, ils ont changé de cap et, au lieu de ce genre d'entreprises, choisissent en premier lieu d'être engagés par des entreprises publiques chinoises.

L'enquête montre que 84,55% des entreprises à capitaux étrangers qui ont fait l'objet du sondage ont répondu qu'elles préfèrent recruter de jeunes diplômés universitaires frais émoulus, tandis que l'année dernière lors d'une semblable enquête menée à la même période a montré que seulement moins de 50% de ces entreprises envisageait d'en engager. Parallèlement quant au nombre de ce genre de diplômés qu'elles souhaitent recruter cette année, 60,39% d'entre-elles veulent accroître leur recrutement à des degrés différents et 37,55% ont l'intention de faire en sorte que le nombre des diplômés frais émoulus dépasse dix pour cent de l'ensemble des jeunes recrues.

L'enquête démontre que pour ce qui est des entreprises les plus appréciées par les diplômés frais émoulus, les « entreprises sous la dépendance des autorités centrales et les grandes et moyennes entreprises publiques » figurent en tête avec le plus grand nombre de jeunes diplômés qui souhaitent être recrutés. Celles-ci sont suivies des « entreprises à capitaux étrangers ou des entreprises à capitaux mixtes », tandis que très peu de diplômés désirent entrer dans les entreprises privées. Ce qui mérite d'être noté c'est le grand changement survenu depuis une année : les entreprises étrangères qui étaient très appréciées et très admirées ont été supplantées par les entreprises publiques dont le nombre des admirateurs souhaitant être engagés a atteint 39,84%, alors que pour les entreprises à capitaux étrangers, elles connaissent un recul de 10,15% avec seulement 36,29% de diplômés frais émoulus qui désirent y entrer. Le choix des entreprises privées a augmenté à 7,67%. Le choix des « organes du gouvernement » et des « établissements institutionnels » a diminué sensiblement.

Cependant, ce qui est réjouissant et rassurant pour les entreprises privées, c'est que malgré leur peu d'attirance pour les diplômés frais émoulus, le nombre de ceux qui les choisissent cette année s'est quand même élevé à 7,67% contre seulement 1,73% l'année dernière.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence