100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 15.04.2010 16h39
Le gène de l'obésité, cible des chercheurs chinois

Des experts chinois cherchent une façon de bloquer une variante de gène de l'embonpoint humain, dans l'espoir de traiter l'obésité.

Cependant, le traitement, et à condition qu'il soit efficace, pourrait demander plusieurs années pour être découvert.

« Des études récentes on associé de manière sans équivoque le gène associé à l'obésité et à la masse graisseuse (dit gène FTO) et le risque d'obésité », a déclaré Chai Jijie, chercheur à l'Institut National des Sciences Biologiques, à Beijing.

« Nous concentrons maintenant nos recherches sur l'identification d'inhibiteurs spécifiques du gène FTO ».

En cas de réussite, les études du chercheur en chef Chai et de ses collègues pourraient finalement aider les obèses à maigrir.

Le gène FTO, qui se trouve sur le chromosome humain 16, quand il se présente sous une variante particulière, pèse sur le poids.

Des scientifiques du monde entier ont confirmé depuis 2007 que les personnes porteuses des variantes du gène FTO sont plus sujettes à l'obésité.

D'après M. Chai, des études récentes laissent penser à l'existence d'un risque plus élevé d'obésité causé par des variantes du gène FTO, du fait de prises de nourriture trop fortes et de sensation de satiété réduites.

Une étude de 2007 a également montré une voie plus simple pour établir la connection entre la variante du gène et l'obésité.

Cette étude, conduite par un groupe de scientifiques britanniques, a montré que les adultes qui possédaient deux exemplaires de la variante du gène FTO pesaient en moyenne 34 kilos de plus que les personnes ne les possédant pas.

M. Chai a précisé qu'environ 12,6% des Chinois possédaient les deux exemplaires de ces variantes de gènes, contre 45% des Européens, citant une étude menée par une une équipe de chercheurs de Taiwan en 2008.

En dépit de sa moindre fréquence chez les Chinois, il dit que pour autant que les effets de cette variante du gène FTO sur l'indice de masse corporelle y est similaire à ce qui a été observé chez les Européens.

Dans leur étude, M. Chai et ses collègues ont décrit la structure en cristal de la protéine FTO, disant que l'étude structurelle du gène pourrait servir de fondation à une conception rationnelle des inhibiteurs du gène FTO.

« Si nous réussissons, nous testerons les inhibiteurs sur des animaux », a-t-il ajouté.

« Cependant une chose est sûre. Cela prendra beaucoup de temps avant de pouvoir traiter l'obésité en ciblant le gène FTO, même s'il s'avère que c'est une cible valable ».

L'obésité a augmenté à une vitesse alarmante en Chine ces dernières années.

Un rapport mis en ligne sur son site par le Ministère des Sciences et des Technologies a en effet annoncé que la Chine comptait à l'heure actuelle une population de plus de 90 millions d'obèses, soit environ 7% de sa population totale.

Et plus de 200 millions de Chinois sont en surpoids, dit le rapport, ajoutant que la population d'obèses devrait dépasser les 200 millions de personnes dans les dix ans à venir.

Au niveau mondial, près de 2,3 milliards d'adultes devraient se retrouver en situation de surpoids d'ici 2015, et plus de 700 seront obèses, d'après l'Organisation Mondiale de la Santé.

L'obésité est une très grave menace pour la santé, augmentant le risque de diabète, d'hypertension, de cancers et de mort prématurée.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : peine de mort pour un ancien haut responsable judiciaire de Chongqing
Tempête de neige à Harbin
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine