100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 02.06.2010 11h08
La Chine possède le deuxième supercalculateur le plus rapide au monde

Le superordinateur chinois a été classé deuxième par sa rapidité selon la liste publiée par des chercheurs américains et européens. La présence de la Chine dans ce classement souligne les ambitions de ce pays à devenir un centre mondial de la technologie.

Le système Nebulae installé dans le National Supercomputing Center à Shenzhen, dans le sud de la Chine arrive juste derrière le Jaguar XT conçu par le US Department of Energy à Oak Ridge, dans le Tennessee, selon la liste publiée lundi.

Les superordinateurs sont utilisés pour des calculs complexes, comme les systèmes de modélisation météorologique, la simulation des explosions nucléaires et la conception des avions de ligne.

Le Top 500 Supercomputing List, révélé deux fois par an, souligne les efforts de Beijing pour rattraper les Etats-Unis, l'Europe et le Japon et rejoindre l'élite mondiale de la technologie. La Chine a ainsi profité de sa forte croissance économique pour augmenter ses dépenses sur la recherche.

La liste reflète également la confiance de la Chine dans le savoir-faire occidental, car Nebulae, bien que construit par la compagnie chinoise Dawning Information Industry Ltd, utilise les processeurs de deux sociétés américaines Intel Corp et Nvidia Corp.

Selon le Top 500, le système Nebulae est capable d'opérer à la vitesse de 1,271 petaflops par seconde, ce qui veut dire qu'il peut effectuer 1.271 milliards de calculs en une seconde de temps. Selon la liste, le système Jaguar peut opérer à une vitesse de 1,75 petaflops.

L'ordinateur chinois a été classé premier par sa vitesse de calcul théorique, qui est de 2,98 petaflops, a indiqué le classement. La liste a été compilée par Hans Meuer de l'Université de Mannheim, en Allemagne, Erich Strohmaier et Horst Simon de NERSC / Lawrence Berkeley National Laboratory et Jack Dongarra de l'Université du Tennessee, à Knoxville.

Beijing confirme ses ambitions technologiques et tente de montrer que la Chine a évolué d'une usine à faible coût vers une société prospère et innovante. Un plan gouvernemental de 15 ans, émis en 2006, promet un soutien financier pour tous les domaines technologiques, allant de la fabrication des ordinateurs à la recherche sur les lasers et la génétique.

Poussée par la performance de Nebulae, la Chine est montée jusqu'à la deuxième position pour l'ensemble de la liste du TOP500 avec 24 systèmes sur 500 et 9,2% de la capacité de calcul intensif. Le semestre dernier, la Chine comptait seulement 21 systèmes de calcul.
Les Etats-Unis sont le leader mondial du classement général avec 282 des 500 systèmes et de 55,4 % de puissance installée.

144 systèmes européens sont présents sur la liste, dont 38 en Grande-Bretagne, 29 en France et 24 en Allemagne.

Parmi les autres pays d'Asie, le Japon figure sur la liste avec 18 superordinateurs, contre 16 il y a six mois, et l'Inde avec cinq.

Le deuxième ordinateur chinois figure également au classement du Top 10. Le système Tianhe-1 installé dans le National Super Computer Center à Tianjin, en Chine Orientale, se classe septième sur la liste. Il utilise des processeurs d'Intel et d'Advanced Micro Devices Inc, une autre société américaine.

La liste reflète par ailleurs les progrès des supercalculateurs en termes de vitesse de calcul.

Le numéro 1 de la liste du juin 2008 était le système Roadrunner développé par le Laboratoire national de Los Alamos au Nouveau Mexique. Ce système, avec une vitesse de 1,04 petaflops, soit environ les deux tiers par rapport à Jaguar, s'est retrouvé en troisième position sur la liste cette année.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'importance des relations stratégiques sino-américaines augmente régulièrement
Coup d'envoi du sommet des dirigeants de Chine, du Japon et de la Corée du Sud
Coup de théâtre sur la scène politique allemande : le président Horst Köhler démissionne suite à des propos déplacés
Tout n'est pas rose pour la « Vallée de la joie » de Paris
Le football : un sport pour les pauvres et une coupe du monde pour les riches ?
Expo 2010 Shanghai : il faut prêter une oreille attentive aux explications pour pouvoir comprendre et saisir toutes les merveilles exposées
Avantages et inconvénients de la reconnaissance américaine du « statut d'économie de marché » de la Chine