100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 07.10.2010 10h10
La deuxième sonde lunaire chinoise effectue son premier freinage

La deuxième sonde lunaire non habitée de la Chine, Chang'e II, a effectué mercredi son premier freinage, permettant de ralentir le satellite et de le faire entrer avec succès sur une orbite de 12 heures, a indiqué le Centre de contrôle et de commande aérospatiale de Beijing.

Chang'e II, en suivant les instructions du centre, a commencé son premier freinage à 11h06 et est entrée, 32 minutes plus tard, sur l'orbite lunaire elliptique de 12 heures.

Il s'agissait du premier freinage pour Chang'e II. Le satellite doit encore effectuer deux freinages avant d'entrer sur l'orbite de travail prévue de 118 minutes.

Ce freinage permet à Chang'e II d'avoir "une base solide" afin d'effectuer des explorations scientifiques sur son orbite finale, a fait remarquer le centre de Beijing dans un communiqué.

En comparaison avec Chang'e I, le freinage de Chang'e II est plus difficile, car il doit freiner à une distance plus rapprochée de la Lune et à une vitesse plus rapide.

La fusée porteuse Longue Marche 3C qui a transporté Change'e II dans l'espace a décollé du Centre de lancement de satellite de Xichang, dans la province du Sichuang (sud-ouest de la Chine), vers 19h00 vendredi.

Selon le Centre de contrôle, Chang'e II va entrer sur une orbite lunaire plus basse -- environ 100 kilomètres au-dessus de la surface -- afin d'acquérir des données lunaires plus détaillées, alors que celle de Chang'e I était de 200 kilomètres.

Avant son premier freinage, la sonde lunaire a parcouru presque 350 000 kilomètres.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Premier ministre chinois avance une proposition sur la coopération Asie-Europe
Départ d'un conseiller d'Etat chinois pour la Russie afin d'assister à une conférence internationale sur la sécurité
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?