100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 08.10.2010 16h16
Les responsables des instituts Confucius en France se rassemblent à Paris pour échanger leurs expériences d'enseignement

Selon le site web du ministère des affaires étrangères, le 7 octobre, les responsables français des instituts Confucius dispersés dans toute la France se sont rassemblés à l'ambassade de Chine à Paris pour participer à la 1 re conférence d'échange d'expériences entre les instituts Confucius en France, organisée par Kong Quan, ambassadeur de Chine en France.

Les 19 représentants qui ont participé à la conférence provenaient de diverses régions de la France. De l'Alsace à l'Est à Bretagne à l'Ouest. Du Massif Central, de la Vallée du Rhône au Sud au Nord-Pas-de-Calais. Parmi les instituts Confucius que les participants représentaient, le plus ancien est l'institut Confucius de l'Université de Poitiers, qui vient de célébrer son 5e anniversaire, alors que le plus jeune, l'institut Confucius de Clermont-Ferrand est en cours de constitution, avec une association de l'institut Confucius fondée il y a juste une semaine.

Selon M. Kong Quan, la conférence a eu lieu du fait de trois circonstances. La première : les relations sino-françaises se développent de façon stable et rapide, avec des échanges de plus en plus étroits dans les domaines politique, commercial, éducatif, scientifique et culturel. La deuxième : avec l'approfondissement des contacts sino-français, les peuples des deux pays montrent un intérêt de plus en plus vif pour la langue de l'autre partie. Dans les établissements d'enseignement de divers échelons en France, plus de 40 000 élèves prennent des cours de la langue chinoise comme cours principaux. La troisième : les instituts Confucius connaissent la prospérité en France. Entre 2005 et aujourd'hui, 14 instituts Confucius et 2 cours Confucius ont été créés en France.

Kong Quan a par ailleurs conclu avec quelques statistiques qui ont marqué le développement de l'institut Confucius en France. La première : une croissance rapide. D'un point de vue mondial, actuellement plus de 90 pays et régions du monde ont ouvert quelque 300 instituts Confucius, et le nombre que la France compte se classe au premier rang. La deuxième, une répartition raisonnable. Les instituts Confucius se trouvent partout en France, même dans ses départements d'outre-mer. La troisième : une forme variée. On compte parmi les collaborateurs non seulement des établissements d'enseignement traditionnels, mais aussi les autorités locales ou les communautés qu'ils ont soutenu et rejoint. La quatrième : des activités très diverses. A ce jour, les instituts Confucius ont organisé au total plus de 600 activités culturelles, avec plus de 90 000 participants.

Le président de l'Université d'Artois, Christian Morzewski, le vice-président de l'Université Paris X, le vice-président de l'Université de Poitiers, la maire-adjoint d'Angers, Olivia Tambou, et le maire-adjoint de Clermont-Ferrand, Bernard Dantal, ont respectivement pris la parole. Ils ont tous exprimé leurs remerciements pour le soutien financier, en matériaux et en enseignants accordés par le Hanban, en louant les aides apportées par l'ambassade de Chine en France et son bureau de l'éducation.

Actuellement on compte en France 14 instituts Confucius et 2 cours Confucius, qui se dispersent dans 11 régions de France. Les 11 instituts ont commencé officiellement leur fonctionnement, en embauchant 80 enseignants chinois et étrangers et volontaires, avec 476 classes et 3 000 élèves inscrits.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Une délégation du PCC effectuera une visite officielle en RPDC
Le Premier ministre chinois avance une proposition sur la coopération Asie-Europe
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?