100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 15.10.2010 17h06
La France compte le plus grand nombre d'étudiants qui apprennent le chinois en Europe

L'apprentissage du chinois au lycée et au collège ne cesse de se développer. Un site d'enseignement du chinois sera ainsi ouvert dans tous les zones académiques de France, sauf en Corse.

M. Bellassen, inspecteur général de chinois au Ministère de l'éducation nationale, a précisé qu'il y a presque 30 000 étudiants qui apprennent le chinois en 2010 contre 26 000 en 2009 et 12 500 en 2005. C'est ce qui fait donc de la France le premier pays d'Europe en termes de nombre d'étudiants qui apprennent le chinois.

D'après M. Bellassen, il y a trois raisons qui font qu'on choisit d'apprendre le chinois : on s'intéresse à la culture chinoise, grandiose, dynamique et d'une longue histoire ; on veut se défier soi-même et on veut devenir une personne exceptionnelle à l'égard des autres à travers ses choix.

C‘est Jean-Pierre Abel Rémusat qui a tenu la première chaire de chinois au Collège de France en 1814. C'était aussi le premier cas en Europe. La France a ouvert des cours de chinois au collège en 1958, puis au lycée dans les années 1970.

Le chinois est devenu la cinquième langue étrangère dans l'enseignement en France, dépassant le russe, le portugais, l'arabe, l'hébreu au cours de ces dix dernières années. On a des raisons de croire que cette tendance se développera dans le futur, car la Chine est devenue le premier pays d'immigration des Européens, devant les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine souhaite résoudre ses désaccords avec l'Europe
La Chine critique l'inspection aérienne des législateurs japonais sur les îles Diaoyu
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?