100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 19.11.2010 14h15
Le gouvernement régional du Tibet veut faire connaître la médecine tibétaine au monde

Le gouvernement régional tibétain envisage de faire connaître davantage la médecine traditionnelle tibétaine aux personnes de différentes origines ethniques dans le pays, et même en dehors de Chine. Au Tibet, un plan gouvernemental a en effet été publié le mois dernier dans le but de diffuser la connaissance de cette médecine dans les autres parties du pays, voire dans le monde.

Selon ce plan, des investissements seront injectés dans des entreprises pharmaceutiques locales, et une aide sera accordée au Collège de Médecine Traditionnelle Tibétaine pour la construction du plus grand centre d'échantillons de médicaments tibétains et de documentation du monde. Le plan prévoit aussi d'inclure des services de médecine tibétaine dans les plans d'assurance santé.

Aux yeux de nombreux Tibétains, la médecine tibétaine, ce n'est pas seulement utiliser des plantes pour guérir les maladies ; elle comporte aussi une certaine philosophie de la vie humaine.

Ainsi en a-t-il été pour Nimajiangcai, un Tibétain chargé de cours dans un collège de Yushu, dans la province du Qinghai. Il a commencé à souffrir de gastroentérite en 2002, mais il ne s'est pas rendu dans un hôpital général pour y chercher de l'aide. Au lieu de cela, il a versé 100 Yuans (15 Dollars US) à un médecin tibétain, qui lui a prescrit des herbes médicinales et lui a demandé de prier tous les jours, ce qui fait partie du « traitement du comportement ».

Après un an de traitement, ses douleurs abdominales avaient disparu. « La médecine tibétaine est une partie essentielle de la vie des Tibétains, car elle fonctionne si bien, en particulier pour les maladies chroniques », a-t-il dit.

Des techniques ancestrales

Outre les herbes médicinales et les prières, la médecine tibétaine a d'autres méthodes particulières de diagnostic et de traitement des maladies. Parmi elles, les saignées et les examens d'urine, des méthodes que ceux qui ne sont pas familiers avec les traditions tibétaines trouveront sans doute pour le moins déconcertantes.

En examinant à l'oeil nu la couleur, l'odeur, les bulles et les sédiments d'un échantillon d'urine, un médecin tibétain expérimenté peut dire de quelle maladie souffre le patient, et placer l'urine dans différents récipients métalliques peut aussi contribuer à parfaire le diagnostic.

D'après le Rgyud-bzhi (les quatre tantras de la médecine tibétaine), le plus célèbre recueil de théories médicales anciennes tibétaines, il y a sur le corps humain 77 points d'acupuncture favorables au traitement par saignée.

« La médecine tibétaine, c'est plus qu'une façon de soigner les maladies. Elle représente aussi la culture tibétaine et les croyances tibétaines », a dit Lexinjake, fonctionnaire du Musée de la Culture Tibétaine du Qinghai.

Les médecins tibétains croyant que le corps humain est connecté à son environnement naturel, ils ont aussi besoin de calculer le meilleur moment pour prendre le pouls et cueillir les plantes nécessaires à la fabrication des remèdes.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
L'acuponcture et l'opéra de Beijing inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI