Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 23.11.2010 08h44
Trop de diplômés pour trop peu d'emplois

La Chine – qui a encore du mal à créer des emplois pour les travailleurs peu qualifiés – offrira un nombre croissant de postes aux nombreux diplômés sans emploi en passant d'une économie misant sur sa main-d'oeuvre à une économie tournée vers l'innovation.

Telle est l'opinion de plusieurs économistes qui participaient à une conférence internationale sur la mondialisation et les politiques économiques organisée récemment à Ningbo, dans la province du Zhejiang.

La création d'emplois qualifiés pour les millions de diplômés est une priorité qui sera résolue, mais nombre d'entre eux devront revoir leurs attentes à la baisse sur le court terme en matière de salaire, a déclaré à Xinhua Albert Park, professeur d'économie chinoise à l'Université d'Oxford.

Le ministère de l'Éducation a indiqué en juillet que 1,76 million de jeunes diplômés chinois étaient sans emploi, soit 27,8 % des étudiants universitaires ayant fini leurs cursus fin juin.

« Le chômage des jeunes diplômés en Chine n'est qu'un problème temporaire », a expliqué Park, en marge de la troisième conférence du Centre sur la mondialisation et les politiques économiques. « L'économie chinoise sera en mesure d'absorber le nombre croissant de diplômés universitaires », précise Park, spécialiste du marché du travail chinois. Il attribue cette capacité d'intégration à la haute rentabilité économique d'une éducation universitaire et à la faible part des diplômés dans la population urbaine active.

D'après les recherches de Park, la rentabilité d'une éducation universitaire – mesurée en pourcentage de la différence entre salaires des diplômés et salaires de ceux qui se sont arrêtés au lycée – est passée de moins de 12 % en 1988 à près de 40 % au début de la décennie.

6,3 millions

« Le rapport entre le nombre de diplômés universitaires et la population urbaine active du pays est inférieur à 10 %. Il y a donc une importante capacité de croissance, surtout en comparaison avec la Corée du Sud, où près de 90 % de la main-d'œuvre possède une éducation universitaire », explique Park. « Le problème est que les diplômés sont produits trop rapidement et que le marché de l'emploi ne peut les absorber assez vite. »


[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence