Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 02.03.2011 15h22
Les écoles chinoises ont besoin de plus de professeurs d'anglais qualifiés

La reprise économique se montrant toujours fragile dans les pays occidentaux frappés par la récession mondiale, Beijing est devenue un endroit de choix pour les demandeurs d'emploi étrangers.

« Les gens cherchent davantage d'opportunités ici, et c'est pour ça qu'ils sont là », a dit Peter Davis, coordinateur de programme pour IES Global, qui apporte son aide à des étudiants étrangers pour trouver des stages d'enseignement à court terme.

Il y a eu une forte augmentation de l'intérêt des étudiants étrangers souhaitant travailler en Chine pour des postes de professeur à long terme, a t-il ajouté.

« La démographie de notre groupe commence à changer, les gens viennent ici pour travailler, et pas seulement pour l'expérience ».

Ces deux dernières années, le nombre de professeurs engagés dans les programmes d'IES Global ayant exprimé leur souhait pour un emploi à long terme en Chine est passé de 3% à près de 30%.

« Le nombre des personnes souhaitant rester augmentant, cela fera qu'il va devenir plus difficile de trouver un travail de professeur », a dit M. Davis, qui attribue cette tendance à une combinaison de la montée de la Chine sur la scène mondiale et des difficultés économiques que connaissent les pays occidentaux.

Peter Davis, qui vient de Grande-Bretagne, dit qu'à Londres, les personnes qui ont un diplôme d'université ont des difficultés à trouver à un travail, quand bien même il n'exige que peu ou pas de compétences.

« Un de mes amis qui est retourné au pays et qui a un diplôme de psychologie n'arrive pas à trouver de travail, même dans un magasin de photo », a t-il dit. « Je comprends que les gens veuillent venir ici et y travailler. En Chine, vous pouvez avoir un nouveau départ, et pour peu que vous ayez un niveau d'intelligence décent, vous pouvez vraiment arriver à quelque chose ».

Cependant, bien qu'il y ait de plus en plus de personnes de langue anglaise disponibles pour enseigner l'anglais, un travail d'expatrié traditionnel, de nombreux postes d'enseignant sont toujours vacants et de nombreuses écoles cherchant à embaucher des professeurs étrangers qualifiés ont des difficultés à trouver des candidats convenables.

D'après Bill Marden, qui vient des Etats-Unis, et qui est Président de l'Enlightenment English Institute, trouver du personnel qualifié est l'un des plus grands défis auxquels font face les écoles. Car s'il y a en effet de nombreuses personnes souhaitant enseigner l'anglais à Beijing, la plupart d'entre elles n'ont aucune formation spécialisée, a t-il dit.

M. Marden a dû recourir aux services d'un chasseur de têtes basé aux Etats-Unis après avoir échoué dans sa tentative de recrutement de deux enseignants par le biais de petites annonces classifiées locales. Plus de six candidats se sont présentés dès le premier jour, mais aucun ne convenait.

« Le simple fait d'avoir l'anglais comme langue maternelle ne vous rend pas nécessairement capable d'enseigner quoi que ce soit », a t-il dit. « Dans certains endroits, ils se contentent de faire venir un étranger, lui donnent un manuel et lui disent d'enseigner à des Chinois, mais peu d'accent est porté sur les progrès réels des étudiants ».

Les professeurs qualifiés peuvent gagner au moins de 8 000 à 10 000 Yuans par mois, alors que le salaire moyen d'un professeur tourne autour de 5 000 Yuans.

Mais si les professeurs d'anglais qualifiés sont plutôt rares, les candidats convenables pour les écoles internationales le sont encore plus.

La Western Academy of Beijing (WAB), une des plus grandes écoles internationales de Beijing, a ainsi récemment pris contact avec plus de 120 écoles lors d'un salon de l'emploi, où plus de 900 postes ont été proposés, pour moins de 500 candidats.

« Il y a prolifération de nouvelles écoles internationales dans le monde, y compris en Chine. Mais le nombre de professeurs qualifiés et expérimentés ne suit pas le rythme », a dit le directeur de la WAB, Robert Landlau.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?