Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 14.04.2011 15h22
Les cours optionnels sur la Bible abandonnés pour cause de controverse à Chongqing

Les étudiants d'un collège de la Municipalité de Chongqing viennent de perdre leur cours en option portant sur la Bible après un débat public sur le fait de savoir si cette « classe de littérature » qu'ils suivent contrevient ou non aux lois sur l'éducation, a annoncé mercredi le Directeur du collège.

« Notre intention première était bonne, elle visait à diversifier les connaissances des étudiants et améliorer leur esprit en comparant en comparant les littératures occidentales et orientales », a dit Deng Xiaopeng, le Vice-principal du Collège Affilié à l'Université Normale du Sud-Ouest de la Chine.

« Mais certains ont estimé que ce cours revenait à prêcher une religion à nos étudiants, qui sont des adolescents et n'ont pas encore fixé leurs idées sur les valeurs et le monde spirituel ».

M. Deng a dit que l'établissement s'était vu demander de supprimer ce cours pour éviter d'exercer une influence religieuse non demandée sur les étudiants.

En tant que partie de la réforme nationale des programmes, le collège avait commencé à offrir 26 cours en option sur des sujets allant de la poésie à la philosophie et de la logique aux mathématiques. Le but était de faire meilleur usage des talents et des connaissances des enseignants.

Un cours sur la littérature religieuse, offrant 50 places, s'est ainsi montré particulièrement populaire. Et de fait, les étudiants qui ont souhaité le suivre ont été si nombreux que des inscriptions ont même dû être rejetées, d'après un article du Chongqing Morning Post.

Dai Yi, un de ces étudiants, a dit qu'auparavant, il croyait que la Bible était un ouvrage obscur, jusqu'à ce qu'il entre en contact avec elle. Quand il pensait à cet ouvrage, l'image qui lui venait à l'esprit était celle d'un prêtre priant dans une vieille église, loin en Europe.

Pourtant, après l'avoir lu, cela lui a donné une compréhension de ses métaphores et de ses histoires, dont il s'est rendu compte qu'elles avait un rapport avec ce qui se passait autour de lui et qui l'ont aidé à résoudre certaines confusions. « Quel livre éclairant ! », a t-il dit au journal.

Bien que les propositions du collège aient été bien accueillies en ligne, certains autres internautes ont aussi critiqué ce cours, le jugeant inapproprié.

La Loi chinoise sur l'Education dispose en effet que l'éducation et la religion doivent être séparées.

« Pourquoi les adolescents chinois n'apprendraient-ils plutôt pas les classiques chinois ? », a dit un internaute du nom de Songxiang, de la province du Guangdong, qui a posté un message sur le portail d'information ifeng.com.

« Une interférence occidentale risque d'affaiblir notre confiance nationale et de nous faire sentir déracinés ».

Zhang Xinying, ancien directeur adjoint de l'Institut des Religions du Monde à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, a dit que les écoles peuvent enseigner la Bible, pour peu qu'elles la traitent comme une oeuvre purement littéraire.

« Mais les autorités chargées de l'éducation et les responsables des écoles doivent gérer ces cours et contrôler les enseignants afin d'éviter que ces cours ne se transforment en prêches », a t-il dit.

M. Zhang a ainsi dit qu'il y avait eu « un grand nombre de cas » dans lesquels des enseignants étrangers ont tenté de diffuser des croyances religieuses dans des cours pourtant ostensiblement tournés vers les langues et la littérature.

Ye Xiaowen, ancien directeur de l'Administration d'Etat pour les Affaires Religieuses, a dit au China Daily que des experts étaient en train de rassembler les matériels d'enseignement destinés à être utilisés dans les cours de religion donnés aux étudiants de lycée en Chine.

Il a précisé qu'un manuel, le premier de son genre dans le pays, sera publié l'année prochaine. Avec ce manuel, les étudiants seront à même d'étudier la religion d'une façon systématique.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique