Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 28.06.2011 16h14
Chine/Emploi : un directeur du département français se déclare optimiste

A un mois de la remise des diplômes universitaires, 73% des jeunes diplômés en français ont définitivement décidé de leur avenir. La plupart ont signé un contrat avec des entreprises d'Etat, sept étudiants poursuivront leurs études en master en Chine, huit en France, et rares sont ceux qui quitteront l'université bredouille, selon un responsable en charge des étudiants du département français, M. Hu, dans une université de Beijing.

Parmi les 70 étudiants en licence de la promotion 2006, 14 personnes ont déjà eu des offres mais pas encore signé de contrat, et certains se rendent encore à des entretiens à l'heure actuelle. Beaucoup d'entre eux avaient envie de poursuivre des études en master, mais ont malheureusement échoué aux examens d'entrée, retardant leur processus de recherche d'emploi.

Si de nombreuses jeunes diplômées en français ont l'intention d'approfondir leurs études, elles le font principalement pour améliorer leur compétitivité par rapport aux garçons, en raison de la discrimination dont font preuve les employeurs, qui préfèrent embaucher des garçons, a indiqué le directeur du département français. Cette préférence peut s'expliquer par le fait que certains emplois sont physiquement plus pénibles. Ce genre de situation existe aussi dans beaucoup de pays, comme en France. Si la situation économique n'est pas favorable, le gouvernement encouragera la formation des jeunes diplômées pour atténuer les pressions sur le marché de l'emploi.

Cette année, on a pu remarquer que certaines sociétés insistaient pour recruter des jeunes femmes, afin d'équilibrer le rapport homme-femme du personnel, a ajouté le responsable en charge des étudiants.

Si parmi les diplômés, certains travailleront dans des entreprises chinoises privées, aucun étudiant n'ira dans des entreprises françaises cette année. Contrairement aux étudiants en anglais, les jeunes diplômés chinois en français ont des difficultés à trouver un poste dans les entreprises étrangères ou plus précisément dans des sociétés françaises, qui recherchent de la part des étudiants la maîtrise d'une spécialité en plus de la langue française.

La situation de l'emploi des étudiants en français reste stable par rapport à l'année dernière, en raison d'une demande constante du marché, a indiqué le directeur. "Il existe trois enjeux à considérer dans la situation de l'emploi d'un pays. Le premier sera le développement économique et social du pays concerné. Il y a des demandes constantes de la part des entreprises chinoises. Le deuxième facteur pour nous sera les relations sino-françaises, qui se portent assez bien ces dernières années. Le dernier facteur est la qualité des étudiants. Nos étudiants sont très compétents et jouissent d'une bonne réputation dans le milieu français. Ils peuvent tous trouver un emploi, mais le problème, c'est de trouver un bon emploi. Je suis optimiste quant à la conjoncture actuelle et j'ai confiance en nos étudiants".

Grâce à la coopération dans de nombreux domaines entre la Chine et l'Afrique, beaucoup des jeunes diplômés chinois en français trouvent un emploi dans des entreprises chinoises et dans des secteurs très variés. Reste à savoir comment évolueront les relations entre la Chine et la France, cette dernière promouvant fortement la francophonie et sa culture, mais offrant peu d'opportunités aux jeunes chinois spécialisés en français de travailler dans ses entreprises.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Premier ministre chinois appelle au renforcement de la coopération entre les entreprises chinoises et britanniques
La gare de Shanghai et Eastern Airlines vont lancer des services de transport combiné air-rail
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale