Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 15.11.2011 13h30
La sonde Phobos-Grunt ne menacera pas la Terre, dit l'Agence spatiale russe.

La sonde russe Phobos-Grunt reste hors de contrôle depuis son lancement le 9 novembre. Néanmoins, l'Agence spatiale fédérale russe (FKA) a déclaré le 14 novembre qu'elle avait quand même des opportunités d'entrer en contact avec Phobos-Grunt, et il faudra attendre jusqu'à décembre pour déterminer le destin final de la sonde. Même si la sonde retombe sur la Terre, elle pourrait se consumer dans l'atmosphère et ne menacera pas notre planète.

C'est la première fois que Vladimir Popovkine, patron de Roscosmos, prend la parole officiellement après la défaillance de Phobos-Grunt. Selon lui, la sonde restera sur orbite en janvier prochain, et "il y aura encore des occasions". Au début de décembre l'agence devra saisir l'occasion pour contacter la sonde durant 7 minutes, après quoi la "fenêtre balistique" pour prendre la direction de Mars sera fermée.
  
"Il y a une chance, mais pour le moment nous ne parvenons pas à obtenir les données télémétriques pour comprendre ce qui s'est passé", a dit M. Popovkine. Actuellement l'orbite est en baisse et la sonde tombera à une altitude de 180 km. Mais il a nié qu'il y avait "des défauts dans la sonde", sans révéler plus de détails sur le satellite chinois Yinghuo-1.

D'après M. Popovkine, la sonde se désintègrera en entrant dans l'atmosphère. Des médias russes ont craint qu'il y ait encore du combustible toxique et des matières radioactives dans la sonde, mais "très peu", et cela ne menacera pas la Terre selon des experts.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 14 novembre
Les présidents chinois et américain s'engagent à renforcer le partenariat sino-américain
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?